Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2008

Les députés rendent possible la dématérialisation du bulletin de paie

Les députés ont adopté mardi en première lecture une proposition de loi UMP de simplification du droit, qui allège de nombreuses démarches administratives.

Le texte de 63 articles rédigé par le président de la commission des Lois Jean-Luc Warsmann prévoit notamment la possibilité de dématérialiser les bulletins de paie, simplifie le fonctionnement des copropriétés ou facilite la vente des biens détenus en indivision à la suite de successions. Le dispositif adopté permet aux deux tiers des indivisaires d'obtenir la vente d'un bien, même si un membre de l'indivision s'y oppose.

La proposition de loi permet aussi à toute personne déménageant pour motif professionnel de s'inscrire immédiatement sur les listes électorales de sa nouvelle commune, sans attendre le renouvellement annuel de décembre. Cette possibilité est aujourd'hui réservée aux fonctionnaires.

Le texte prévoit en outre la restitution automatique de la consignation versée par une personne ayant contesté avec succès une amende forfaitaire. Actuellement, cette consignation n'est rendue qu'à la demande expresse du citoyen.

La proposition rend automatique le solde bancaire insaisissable en cas de saisie d'un compte bancaire. Aujourd'hui, ce solde n'est applicable qu'en cas de demande préalable du titulaire du compte.

Pour l'anecdote, le texte supprime 102 obligations de dépôts de rapport du gouvernement devant le Parlement.

Le gouvernement, représenté par le secrétaire d'Etat à la Fonction publique André Santini, a apporté son soutien à cette "véritable coproduction" entre lui et la majorité.

La gauche a voté contre "ce texte intéressant" mais "dont certaines mesures ne conviennent pas", selon Dominique Raimbourg (PS). Le texte devra être examiné par le Sénat pour être adopté définitivement. AP

http://www.trusmission.com

 

Subprimes !

Crise des subprimes : une explication très simple pour ceux qui essayent encore de comprendre

 

Alors voilà, Mme. Ginette a une buvette à Bertincourt, dans le Pas de Calais.

Pour augmenter ses ventes, elle décide de faire crédit à ses fidèles clients, tous alcooliques, presque tous au chômage de longue durée.
Vu qu'elle vend à crédit, Mme. Ginette voit augmenter sa fréquentation et, en plus, peut augmenter un peu les prix de base du "calva" et du ballon de rouge.
Le jeune et dynamique directeur de l'agence bancaire locale, quant à lui, pense que les "ardoises" du troquet constituent, après tout, des actifs recouvrables, et commence à faire crédit à Mme. Ginette, ayant les dettes des ivrognes comme garantie.
Au siège de la banque, des traders avisés transforment ces actifs recouvrables en CDO, CMO, SICAV, SAMU, OVNI, SOS et autres sigles financiers que nul n'est capable de comprendre.
Ces instruments financiers servent ensuite de levier au marché actionnaire et conduisent, au NYSE, à la City de Londres, au Bourses de Francfort et de Paris, etc., à des opérations de dérivés dont les garanties sont totalement inconnues de tous (c.à.d., les ardoises des ivrognes de Mme Ginette).
Ces "dérivés" sont alors négociés pendant des années comme s'il s'agissait de titres très solides et sérieux sur les marchés financiers de 80 pays.
Jusqu'au jour où quelqu'un se rend compte que les alcoolos du troquet de Bertincourt n'ont pas un rond pour payer leurs dettes.
La buvette de Mme. Ginette fait faillite.
Et le monde entier bascule ...

L'ecole selon Delanoé

La mairie de Paris a demandé mardi aux parents qui le peuvent de ne pas envoyer leurs enfants jeudi à l'école, en avertissant qu'elle aurait des difficultés à mettre en place le service minimum d'accueil prévu par la loi.

   Dans un communiqué, elle avertit que la grève des enseignants sera "massive" à Paris et prévient que l'accueil des enfants sera d'autant plus difficile à assurer que plusieurs syndicats des personnels d'animation de la ville ont déposé un préavis de grève pour jeudi également.

   Cependant, interrogée par l'AFP, la mairie affirme qu'"aucune école ne sera fermée".

   Selon les informations transmises par le rectorat, 48 heures à l'avance, comme le prévoit la loi, "plus de la moitié des écoles (346 exactement) dépasseront les 25% d'enseignants en grève et 150 d'entre elles atteindront un taux de 100%".

   Au total, "environ 40% des enseignants parisiens seront en grève, ce qui concernera tous les arrondissements et, dans les mêmes proportions, écoles maternelles et élémentaires".

   La mairie de Paris indique que "pour faire face aux obligations prévues par la loi, la ville doit mobiliser, en moins de 48 heures, plus de 2.000 agents qualifiés pour pouvoir accueillir les enfants en toute sécurité (un adulte pour 15 enfants)".

   Elle souligne que lors d'un mouvement de faible ampleur, le 7 octobre dernier, la ville avait déjà rencontré des difficultés "en raison même des faiblesses de la loi qui ne permet pas de connaître avec certitude le nombre réel des enseignants en grève".

   "Pour le mouvement du 16 octobre, les difficultés devraient encore s'intensifier", avertissent les services de M. Delanoë.

   Selon eux, "au-delà des vrais problèmes de principe que pose ce dispositif (...), les conditions même de sa mise en oeuvre ne permettent pas aux communes, en cas de mouvement de grande ampleur, de pouvoir accueillir les enfants dans des conditions de sécurité acceptables".

   Dans un communiqué, le chef de file de l'opposition municipale, Jean-François Lamour (UMP), a dénoncé "l'attitude négative" du maire de Paris et ironisé sur le "système D comme Delanoë".

   Alors que le maire "s'était engagé à totalement mettre en oeuvre le dispositif du SMA lors de la précédente grève du 7 octobre", "aujourd'hui" il "fait volte-face et n'hésite pas à mettre les familles parisiennes dans une situation extrêmement difficile", accuse-t-il, fustigeant une "négation du respect républicain de la loi".

   Selon M. Lamour, "les obstacles mis en avant par les services de l'Hôtel de Ville ne sont que des prétextes politiciens".

   eb-tmo/ei

  

AFP

10:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, delanoé, ecole, grêve | Digg! Digg |  Facebook

07/10/2008

Olivier Besancenot

PAUVRE OLIVIER BESANCENOT ?  Besancenot : la vérité à diffuser LARGEMENT ! Ce bon petit facteur.... .                                                                                                                          
C'est assez intéressant. Je me demandais aussi pourquoi si peu de vagues  autour de ce personnage ... :  Appréciez!  O. Besancenot, la ligue  communiste révolutionnaire.......  Il faut le savoir ..dommage que les médias soient si discrets......                                                                                                                     
Comment O. Besancenot a-t-il progressé aussi vite dans la hiérarchie de la LCR, jusqu'à en devenir le porte-parole et candidat à la  
Présidentielle ?   O. Besancenot a eu pour compagne la propre fille d'Alain Krivine,  fondateur de la Ligue Communiste Révolutionnaire et encore le réel "patron" de ce parti...  Il a rompu il y a 3 ans mais est resté proche du beau-papa.. Olivier Besancenot  est devenu en quelques années le porte-parole de ce parti grâce à l'action efficace du beau-père...                                                                                                                                      

Chez les trotskystes, on pratique la solidarité, mais d'abord envers la famille.  - Où Besancenot travaille-t-il réellement ?  A cette question, le candidat Besancenot parle de salaire de moins de 1200 euros ?   La Poste... Bienheureux les croyants... La réalité est un peu différente, Besancenot n'étant à La Poste de Neuilly-sur-Seine que pour les photographes, c'est à dire, quasiment jamais.  Il est surtout rémunéré par le parti. A titre d'exemple, il a touché très régulièrement une indemnité d'assistant parlementaire européen lorsque Alain Krivine était Député européen, dont le montant est  largement supérieur à 5000 euros mensuels.  


- Quel est son patrimoine ?   A cette question, O. Besancenot parle avec modestie d'un petit studio dans le 18ème, arrondissement populaire.    Le journaliste avisé ira voir sur place... un appartement en réalité de bonne taille et dans le quartier    du Sacré Coeur en plein Montmartre, le  quartier le plus cher du 18ème,   un des quartiers les plus recherchés des  Bobos (Bourgeois bohèmes) parisiens.   Bien évidemment, il en est propriétaire .. Un salaire à vie de postier n'y suffirait pas ...                                                                                     
- Comment expliquer ce black-out sur Besancenot ?    O. Besancenot a épousé Stéphanie Chevrier, une des principales éditrices de Paris, appartenant à la direction de Flammarion.   Pour Besancenot, elle a plusieurs avantages : c'est l'un des plus hauts salaires de l'édition mais c'est surtout une habituée des médias.   Ancienne compagne du chanteur Yves Simon, elle a construit sa carrière sur les relations presse .....    
Dirigeant une armée d'attachées de presse, elle a certains moyens de pression et de rétribution, ce qui incite sans doute les journalistes à plus de modération dans les attaques ….                                    
Tous ces faits sont strictement exacts, je vous incite à en parler autour de vous ...    Puisque la presse française oublie de faire son  travail ...   Michelle Bezio, journaliste "libre"

19:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : besancenot, lcr | Digg! Digg |  Facebook