Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2012

Blocage du prix de l'essence : encore une promesse non tenue

Le blocage du prix de l'essence va s'ajouter à la liste, déjà longue, des promesses non tenues du candidat Hollande.

En effet, lors de la campagne présidentielle, le candidat socialiste, soucieux d'appater ses électeurs, avait ajouter à sa liste de promesses de circonstance le blocage du prix de l'essence de façon immédiate dès son élection acquise.

C'était, encore une fois, mal connaitre les données du problème. Comment un pays qui ne produit pas une goutte de pétrole peut-il imposer un blocage du prix de l'essence aux producteurs et raffineurs dans un contexte d'augmentation inéluctable de son prix du fait de sa rareté programmée ?

Alors annonce démagogique et électorale ? Sûrement. En tout cas, les annonces de ces derniers jours montrent la pauvreté de la reflexion de la nouvelle équipe dirigeante et se concrétisera par une grande déception parmis les électeurs.

Déja quee Hollande a battu le record de rapidité en passant largement sous la barre des 50% d'opinions favorables, les 6 centimes de baisse (on ne parle plus de blocage) du prix de l'essence annoncés améneront une augmentation du pouvoir d'achat des Français de 36€ par an, soit 3€ par mois...

31/05/2011

Prix des carburants

Voici le rapport établi par la DIRECTION GENERALE DE LA CONCURRENCE,DE LA CONSOMMATION ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES pour la Ministre de l'Economie Christine Lagarde au sujet de la répercution des baisses de prix à la pompe des carburants.

Rapport DGCCRF-Bercy Carburant Mai 2011.pdf

17/05/2011

Conservatoires municipaux à Paris : le couple Delanoé-Hidalgo cherche de l'argent sonnant et trébuchant

On le sait bien, le premier couple de la capitale est bien pietre gestionnaire : il dépense sans compter et sans réelle stratégie si bien que, les caisses vides et la dette enflée (doublée), le voila comme toujours à la recherche d'argent frais.

Après les hausses d'impôts vertigineuses de l'année dernière (+50%), et ce n'est pas fini - gare à 2011 ! -, après avoir contribué à la création de la bulle immobilière à Paris (pour augmenter les droits de mutations perçus par la Mairie!), voila Delanoé-Hidalgo qui s'attaquent aux "gosses de riches" en augmentant de manière folle les droits d'inscription des conservatoires municipaux parisiens.

Il faut dire que le coup de la bulle immobilière n'a pas produit les effets escomptés : à force de faire augmenter les prix de l'immobilier à Paris, le nombre de transactions commence à chuter, engendrant, ainsi, la chute des droits perçus par la Mairie.

Alors il faut trouver de l'argent autre part : le choix socialiste se porte sur les conservatoires municipaux.

Dans son argumentaire musical, la mairie affirme que sa réforme vise : "en associant les familles à hauts revenus à l'effort financier porté par la collectivité à permettre un élargissement du public vers des jeunes de milieux plus modestes." Grandiose, Magnifique, incritiquable.

Dans le détail, cet exposé s'assombrit comme un jour d'eclipse solaire... pardon musicale :on note que les deux premières catégories de revenus voient baisser leur participation financière de 12 et 4 %, que le troisième est inchangé mais qu'après, pour les cinq autres quotients, les hausses sont de 2, 4, 18, 39 et 56 % !
Soit un gain de 10 euros par an pour les enfants de familles modestes et une augmentation de 180 euros pour ceux des familles fortunés (les riches de François Hollande).

Le Hic est que les enfants des familles modestes sont peu nombreux à suivre ces cours, il s'agit donc d'une augmentation massive des droits pour un grand nombre de familles.

Merci Monsieur Delanoe et Madame Hidalgo!

12/03/2011

Le vrai prix de l'essence : merci la gauche !

Alors que nous voyons se développer une polémique trompeuse sur le prix de l'essence, voici quelques informations à connaître pour rétablir la vérité :

La Question : Pourquoi le prix de l'essence à la pompe est-t-il plus cher aujourd'hui par rapport à 2008 alors que le prix d'achat du pétrole est moins cher (que le record de 2008) ?

La Réponse des journalistes (de gauche) : c'est à cause de l'Etat qui prélève 75% de taxe (la fameuse TIPP) et qui refuse de baisser cette taxe (pour cause de gestion budgétaire). Et les socialistes de s'énerver sur le sujet (mauvaise gesticulation, vous allez voir)

Ce que l'on ne vous dit pas (ou mal) :

1/ pour un prix à la pompe de 1.50€ : 0.54€ prix d'achat du pétrole + 0.11€ prix du raffinage, traitement, distribution et stations services + 0.85€ de TIPP (reversée à l'Etat)

2/ En fait, le prix de l'essence (à la pompe) est plus cher aujourd'hui alors que le prix du pétrole est moins cher (qu'en 2008). De là à en déduire que c'est la faute de Nicolas Sarkozy (ou de Christine Lagarde) il n'y a qu'un pas. C'est oublier comment se calcule le prix de l'essence :

- si le prix du pétrole est moins cher, le prix de l'essence devrait l'être aussi. C'est vrai, et en général c'est ce qui se passe : le prix de l'essence baisse ou monte en fonction du prix du pétrole. Mais ce n'est pas tout.

- le pétrole est acheté en dollars. Or en ce moment l'euro a baissé par rapport au dollar. Donc il faut plus d'euro pour acheter la même quantité de pétrole. Donc c'est plus cher. Mais cela n'explique toujours pas l'écart de prix.

- la vraie raison la voici : c'est la fameuse TIPP dont le montant est fixée par la loi de finances mais majorée depuis le 1er juillet 2010 par les régions (en grande majorité socialistes) et l'Assemblée de Corse. Et ces dernières ont augmenté la TIPP de près de 30% pour financer leurs sompteuses dépenses.

Résultat : le prix de l'essence à la pompe est plus cher. La faute en revient aux présidents socialistes des régions et à leurs élus.

Voila qui est dit.