Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2013

Mairie du 15e : Bilan d'Etape de Philippe Goujon

Lors de son installation en 2008, l'équipe municipales de Philippe Goujon s'était fixé pour objectif de donner un nouveau souffle au 15e, de l'adapter aux exigences de notre temps tout en y préservant la tranquilité des ses quartiers où il fait bon vivre.

Un dialogue permanent a été instaurer avec les habitants du 15e, le programme de l'élection municipale a été scrupulesement appliqué avec le soucis de réaliser l'essentiel des projets proposés.

Voyons maintenant le chemin qui a été parcouru entre 2008 et 2013 à travers de ce Bilan d'Etape de Philippe Goujon, maire du 15e et de son équipe.

http://www.mairie15.paris.fr/mairie15/jsp/site/Portal.jsp...

BILAN Etape 2008-2013.pdf

17:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : goujon, bilan, mairie 15 | Digg! Digg |  Facebook

18/01/2012

Bilan social de JP Huchon : le grand bluff!

Deux ans après son élection à la tête de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon a définitivement rompu le pacte de confiance avec les Franciliens !

On ne compte plus les engagements non tenus et les ratés des mesures soi-disant « emblématiques » de sa majorité de gauche en matière de politique sociale.

Alors que Jean-Paul Huchon et Cécile Duflot avaient promis aux Franciliens la mise en place d’un « bouclier social », la réalité à mi-mandat est accablante :

- 1% seulement du budget régional est consacré à la politique sociale.

- 70 promesses de campagne non tenues dont la carte Imagin’R pour tous les jeunes salariés de moins de 26 ans, le prêt à taux zéro pour les travaux d’accessibilité dans les logements, le renforcement de la lutte contre le saturnisme, le plan de rénovation massive des lieux de soins et d’accueil ainsi que des SAMU franciliens…

- 1 milliard en faveur de la santé sur la durée de la mandature… alors que seuls 70 M€ ont été inscrits au budget en 2011 et 65 M€ en 2012.

- Des dispositifs « emblématiques » qui sont un véritable fiasco : seulement 778 Pass contraception distribués pour 470 000 lycéens, 2 816 bénéficiaires à la rentrée 2011-2012 de la complémentaire santé pour un public-cible de 54 000 étudiants, seuls 11% des jeunes en insertion qui bénéficient de la gratuité des transports…

- Des crédits sociaux en baisse malgré des ressources régionales en hausse :

3,6 % de crédits en moins en 2012 pour la petite enfance,
- 6% pour les personnes âgées et les personnes en situation précaire,
- 4,3% pour les personnes en situation de handicap…

La vérité est que la majorité régionale de gauche ne donne aucune priorité au social et à la lutte contre la crise.

Au contraire, les jeunes, les familles, les Franciliens modestes et les classes moyennes, les personnes dépendantes sont les grandes perdantes de la politique de Jean-Paul Huchon et Cécile Duflot qui préfèrent faire de la communication sur des mesures démagogiques et irresponsables comme le Pass Navigo à tarif unique.

15/05/2011

Bilan UMP : ce que nous avons fait.

En 2008, un an après l’élection de Nicolas Sarkozy, le taux de chômage était passé sous la barre des 7,5%, le niveau le plus bas depuis 25 ans. La France repartait vers le plein emploi.

Fin 2008, la crise mondiale a brutalement changé la donne, détruisant des millions d’emplois dans tous les pays. Même si la France a été plutôt moins touchée que les autres, grâce aux actions anti-crise du Président de la République, nous n’avons pas été épargné. La majorité a relancé la bataille de l’emploi.

Depuis janvier 2011, elle commence à porter ses fruits : le chômage baisse depuis trois mois consécutifs.

Détail du bilan de l'action du Président de la république, du gouvernement et de l'UMP :

BILAN 2011.pdf

20:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, bilan | Digg! Digg |  Facebook

29/05/2008

Le livre noir des régions socialistes


Trop d’impôts qui pèsent sur le contribuable, des dépenses inutiles ou surévaluées, une mauvaise gestion budgétaire, autant d'effets catastrophiques que dénonce le « Livre noir des régions socialistes » présenté par Roger Karoutchi le 28 mai.

Le 28 mai, à l’occasion de la présentation de la 3ème édition du « Livre noir des régions socialistes », Roger Karoutchi, Secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement et Président du groupe UMP au Conseil Régional d’Ile-de-France, entouré de Brice Hortefeux, Ministre de l’Immigration et Conseiller Régional d’Auvergne, et de la plupart des présidents de groupe UMP d’opposition des conseils régionaux, a exposé la gestion catastrophique des 20 régions françaises gérées par les socialistes.

« Depuis 2004, vingt des vingt-deux régions métropolitaines sont gérées par des présidents socialistes. En 2005, nous avons publié un premier bilan critique d’une année de gestion socialiste : explosion des impôts, multiplication des dépenses de fonctionnement, de communication et saupoudrage des subventions aux associations. En 2007, dans le deuxième livre noir, nous avons constaté au-delà des dérives budgétaires et de la mauvaise gestion, qu’un véritable programme d’instrumentalisation des exécutifs régionaux s’était mis en place. Aujourd’hui, après cinq années de gestion socialiste dans les régions, il ne s’agit malheureusement plus de dresser un simple bilan critique des politiques et des actions nouvelles, mais bien de constater avec suffisamment de recul, les effets catastrophiques de la gestion socialiste dans les régions. Le résultat n’est plus seulement consternant comme dans les deux précédents livres noirs, il est accablant. » Roger Karoutchi, avant-propos du Livre noir

***


En 2004, 20 des 22 régions métropolitaines ont été remportées par des exécutifs socialistes. La droite est entrée dans l’opposition de la quasi-totalité des régions françaises.

Or, entre 2004 et 2007, la pression fiscale moyenne des régions a augmenté de 35% sur l’ensemble du territoire. C’est cette hausse des prélèvements obligatoires, qui pèse sur chaque Français, que dénoncent Roger Karoutchi en Ile-de-France, et les responsables des groupes UMP d’opposition dans les autres régions.

Ce livre noir des régions obéit donc à deux logiques, d’une part dénoncer les modes de gestion des socialistes qui privilégient l’impôt, et d’autre part, d’une façon beaucoup plus globale et hors des réflexes claniques, demander à l’Etat beaucoup plus de clarté sur les compétences et prérogatives de la région.


Une gestion socialiste catastrophique

Dans la majorité des régions gérées par les socialistes, les élus de droite ont subi l’explosion des dépenses de fonctionnement (communication, représentation, déplacements...), et dans le même temps d’une réduction des dépenses d’investissements liées notamment aux prérogatives régionales. La formation professionnelle, l’aide aux entreprises…

Ainsi, en Ile-de-France, région dans laquelle les dépenses de fonctionnement représentaient 67,32 euros par habitant en 1998, l’accroissement de ces dépenses est de 58% sur l’ensemble de la mandature et elles représentent désormais 215 euros par habitant.

Brice Hortefeux, Conseiller Régional d’Auvergne depuis 1992, souligne également que cette « gestion » des socialistes représente une véritable « ponction sur le contribuable » et ne permet pas aux régions de remplir les fonctions qui leur sont imparties. Comme les autres régions, l’Auvergne n’est pas épargnée par les hausses d’impôts (+67,5%) servant à couvrir des dépenses de fonctionnement et les hausses d’effectifs dans les exécutifs régionaux, plutôt que ce qui relève directement des attributions régionales, comme c’est le cas de la formation professionnelle dont le budget a baissé de 15% depuis 2004.

C’est pour pointer directement et fortement les problèmes de gestion de chaque région française que « Le livre noir des régions socialistes » a, pour la 3ème année consécutive, été édité en 2008. Il s’attache à faire état précisément et strictement des postes de dépenses choisies au détriment d’autres par les socialistes. Il est d’ailleurs à noter que l’ensemble des chiffres utilisés pour la rédaction de ce livre noir sont issus des budgets officiels des conseils régionaux.

Il en va de la responsabilité des groupes d’opposition de rendre le plus compréhensible possible, les postes budgétaires de chaque région française.

Dans le même esprit, Roger Karoutchi veut dénoncer les dérives des Présidents de région socialistes qui s’érigent en contre-pouvoirs vis-à-vis du Gouvernement et qui, pour cela, engagent des actions régionales de financement, notamment à l’étranger, ne correspondant pas aux besoins de la région.**


Pour une définition législative des compétences régionales

Pour Roger Karoutchi et les présidents des groupes UMP, cette gestion non rigoureuse des socialistes peut se faire et peut avoir lieu en toute impunité, parce que les compétences des régions ne sont pas assez clairement définies par les textes.

Ainsi, le Secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement demande qu’un texte de clarification des compétences régionales soit produit, dans un souci de transparence et de clarté. Il souligne qu’il s’agit « d’un élément clé » dont les exécutifs régionaux ont besoin.

En définissant les compétences exclusives et les possibles complémentarités de financement entre les différentes collectivités locales, il serait plus aisé de contrôler les problèmes de budget actuels engendrés par une gestion aveugle.

L’intérêt d’un tel texte résiderait également dans le fait qu’il protégerait davantage les chefs de l’exécutif, alors moins soumis aux pressions diverses. Roger Karoutchi souhaite donc que les groupes politiques commencent à en débattre et décident peut-être d’un accord avant les élections régionales de 2010.

 ***

En savoir plus :

Le livre noir des régions socialistes - version PDF

Le blog du livre noir