Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2008

Philippe Goujon menace le 15ème

Le très sarkozyste Philippe Goujon, tête de liste UMP pour les prochaines municipales, a une conception particulière du débat démocratique. Apprenant qu’Olivier Courbier, directeur du Théo Théatre (Paris 15ème) allait figurer sur la liste conduite par Anne Hidalgo, première adjointe de Bertrand Delanoë, monsieur Goujon a présenté son vrai visage. Le député du 15ème a d’abord tenté un travail d’intimidation : peine perdue. Monsieur Goujon a ensuite purement et simplement menacé le directeur du Théo Théâtre de lui supprimer des subventions s’il ne se retirait pas de la liste conduite par son opposante socialiste.

Philippe Goujon perd pied dans le 15ème

La campagne municipale bat son plein dans le 15ème. Cet arrondissement “poids lourd” (article du Monde ici) représente à lui seul 10% des sièges au conseil de Paris. Terre de division à droite, le 15ème offre cette année un curieux spectacle dans lequel trois listes de droite se disputent l’héritage de René Galy-Dejean, maire du 15ème depuis 1983.

Un festival de dissidence qui pourrait profiter au Modem et surtout, à Anne Hidalgo, première adjointe de Bertrand Delanoë. Le débat entre les deux principaux candidats se déroule désormais par dépêches AFP interposées.

Anne Hidalgo a remarqué mardi sur les 13 premiers candidats de la liste Goujon, trois seulement habitaient l’arrondissement. La candidate de la gauche a également dénoncé le travail d’intimidation entrepris par Philippe Goujon à l’encontre d’un de ses colistiers, Olivier Courbier, co-directeur du Théo-théâtre (voir notre article ici).

Réaction très énervée de Philippe Goujon mercredi : “Mme Hidalgo, comme à l’accoutumée essaie de salir ses adversaires en procédant par le mensonge et l’invective”. Sur le fond, le déjà député du 15ème se contente, sans démentir les informations d’Anne Hidalgo, de souligner que 41 colistiers sur 51 habitent le 15ème et de réclamer un “maire à plein temps” pour le 15ème (doit on comprendre qu’il démissionnera, en cas de victoire, de son mandat de député et de sa fonction de président de la fédération de l’UMP Paris ?).

La volonté de monsieur Goujon de réserver aux militants UMP du 15ème les places les moins éligibles sur sa liste ne semble pas faire l’unanimité au sein de la droite du 15ème. En cas de victoire de monsieur Goujon, 10 des 13 conseillers de Paris élus du 15ème n’habiteraient pas l’arrondissement. De quoi expliquer la présence de deux listes dissidentes de droite (Gérard d’Aboville et Dominique Baud) et justifier ce commentaire (pour une fois très clairvoyant) de Jean-François Lamour (député UMP et porte parole de Françoise de Panafieu) : “Les rats quittent un navire qui prend l’eau !” 


21/02/2008

Gérard d'Aboville, une liste 100% XVe

Déjà à l’origine de la création du groupe «Paris libre» au Conseil de Paris en septembre dernier (groupe aujourd’hui dissout), René Galy-Dejean (ex-UMP), continue de jouer les trouble-fête à droite. Bien qu’il ait choisi de ne pas briguer sa propre succession, la garde rapprochée du maire du 15e arrondissement a fait savoir vendredi dernier qu’il allait soutenir une liste Paris libre dans l’arrondissement. «Alors que les sondages montrent que les électeurs sont attachés au caractère local des municipales, l’UMP est en train de politiser le scrutin, déclare celui qui est maire du 15e depuis 1983. C’est parce qu’autour de moi des élus étaient opposés à cette démarche que j’ai souhaité favoriser et apporter mon soutien à la constitution d’une liste indépendante.» Cette liste sera conduite par le navigateur et ancien député européen RPR, Gérard d’Aboville. «Un homme qui connaît parfaitement le 15e, souligne René Galy-Dejean. Il y est né, y habite et y travaille.» Pour le précurseur des traversées océaniques à la rame, il s’agit de «proposer une alternative à la liste d’appareil» conduite par le candidat UMP, Philippe Goujon: «Mon équipe sera composée par des gens de terrain, car j’estime que la politisation des enjeux locaux est complètement inadaptée. Elle ne fait que nourrir les réflexes dogmatiques.

24/01/2008

Gérard d'Aboville

0952a2d35f96d39744c84d8a9afd5de4.jpg