Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2007

Présidentielles 2007 : sondage BVA

Le premier sondage -BVA (1)- réalisé sur les élections législatives donne l'UMP et le PS à égalité avec chacun 31% d'intentions de vote au premier tour (le 10 juin), devant le Front national à 10%. Les Verts, l'UDF et le PCF sont crédités de 5% des suffrages chacun. Les candidats d'extrême gauche (LO et LCR) totaliseraient 4%, les divers-droite 3%, les divers-gauche 2% et les divers-écologie 1%. Toutefois, 17% des personnes interrogées n'ont pas exprimé d'intentions de vote.

Lors des législatives de 2002, l'UMP avait totalisé au premier tour 33,3% des voix, le PS et le PRG 25,65%, le FN et le MNR 12,43%, l'UDF 4,85%, le PCF 4,82%, les Verts 4,51%, la LCR et LO 2,47%.

Sarkozy et Royal à égalité

Un nouveau sondage -Ipsos (2)- donne en outre toujours Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal au coude à coude, avec chacun 50% d'intentions de vote au 2nd tour de la présidentielle. Le précédent sondage du même institut, publié mi décembre, donnait déjà ce score.

Au 1er tour, le président de l'UMP arriverait en tête avec 33% des suffrages (-1 point), devant la socialiste à 32% (stable). Le président du Front national Jean-Marie Le Pen viendrait en 3e position avec 12% des voix (+0,5), devant le président de l'UDF François Bayrou, qui recueille 10% des intentions de vote (+1). Viennent ensuite avec 3% Olivier Besancenot (-1) et Marie-George Buffet (+1), Philippe de Villiers à 2,5% (+0,5) et Arlette Laguiller à 1,5% (-0,5). Dominique Voynet est créditée de 1,5% (=), ainsi que Frédéric Nihous (Chasse-Pêche, +0,5). 17% des personnes interrogées n'ont pas exprimé d'intention de vote.

Et si Hulot se présente ?

En cas de candidature de Nicolas Hulot, l'animateur de télévision est crédité de 10% d'intentions de vote. Il ferait perdre 4 points à Ségolène Royal, qui recueillerait 28%, et 3 points à Nicolas Sarkozy, qui obtiendrait 30%. Marie-George Buffet perdrait 0,5 point par rapport à l'hypothèse principale, à 2,5%, Dominique Voynet 0,5 point, à 1%, Frédéric Nihous 1 point, à 0,5%, et François Bayrou 1 point, à 9%. Les autres candidats obtiendraient le même score. 15% n'ont pas exprimé d'intentions de vote.

Dernier sondage du jour : 68% des Français se disent intéressés par la campagne pour l'élection présidentielle, dont 28% de "très intéressés", alors que 32% expriment un avis inverse, selon un autre sondage BVA (3) rendu public mercredi. Ce sont les sympathisants de droite qui sont le plus intéressés par cette campagne, à 76%, contre 69% pour les sympathisants de gauche.

(1) Sondage BVA pour Orange réalisé par téléphone les 8 et 9 janvier auprès d'un échantillon national de 956 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas). Notice détaillée disponible auprès de la Commission des sondages.
(2) Sondage Ipsos pour Le Point réalisé par téléphone les 5 et 6 janvier auprès d'un échantillon national de 952 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas). Les intentions de vote sont calculées sur la base des électeurs inscrits se déclarant certains d'aller voter, soit 75% des personnes interrogées.
(3) Sondage BVA pour Orange réalisé par téléphone les 8 et 9 janvier auprès d'un échantillon national de 956 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Pouvoir d'achat et euros

Les chiffres officiels qui confirment le sentiment « d’appauvrissement » que 43% des Français ressentent. Sans compter que 40% des salariés voient, chaque année, leur salaire baisser. Pour autant la consommation globale des ménages a encore augmenté de 2,7% en 2006. et si 64% des Français rendent l’euro responsable de tout cela, c’est en fait bien plus le poids des impôts et taxes qui en est responsable.

 

Evolution annuelle du pouvoir d’achat des ménages

1998 : +3%

1999 : +2,9%

2000 : +3%

2001 : +2,9%

2002 : +3%

2003 : -0,2%

2004 : +1%

2005 : +1,1%

 

Evolution des prix (euros ?) entre 2001 et 2006 (source INSEE)

Immobilier = +92,22% à Paris

Loyers = +30% en moyenne nationale mais +55,73% à Paris, +92,5% à Marseille (effet TGV) et +44,26% à Lyon pour les nouveaux locataires…

Baguette de pain = +39,5% mias bien plus sur les autres pains

Tasse de café = +44,73% au comptoir à Paris mais on observe aussi des +71%

Kilo de pommes = +130%

Céréales = +95,9% sur des barres chocolatées

Produits d’hygiène = +24,5% en moyenne

Tabac = +46,26% (taxes par décret, entre 1991 et 2001 = +94%)

Poulet = +24% (fermier landais), +21,8% sur le Label Rouge et +34,7% sur le bio

Champagne = +31,19% (plus sur certaines marques…)

Une séance de cinéma = +20,48% en moyenne en plein tarif mais avec les prix séniors, étudiants et CE, seuls 25% des spectateurs paient plein tarif

EDF-GDF = +19,31%

Métro = +18,35%

Voiture = +15,8%

 

Mais :

Un écran plasma est 8 fois moins cher, comme un lecteur de DVD…

 

Eventail des ressources mensuelles

433€ : RMI pour une personne seule (1,27 million d’allocataires, 10% du revenu individuel des français)

610€ : Minimum vieillesse (600 000 allocataires)

788€ : Seuil de pauvreté, 15% des Français ont moins, par mois et par personne

986€ : SMIC mensuel net pour 35 heures (1254€ brut), 3 millions de salariés sont payés au SMIC

1500€ : salaire médian (50% des Français gagnent moins, 50% gagnent plus, soit 11 millions de personnes) avant paiement des impôts et charges fixes (50% du budget des ménages)

1850€ : salaire moyen

2682€ : Plafond de la Sécurité sociale (1/3 des cadres gagnent moins)

3000€ : seuls 10% des Français gagnent plus

4000€ : seuls 5% des Français gagnent plus

 

Soit, en budget des ménages

Moins de 1200€ : 25% des ménages

Entre 1201€ et 1900€ : 28% des ménages

Entre 1901€ et 2760€ : 24% des ménages

Plus de 2760€ : 23% des ménages

 

Ce budget comprend tous les revenus : salaires, allocations, rentes, retraites – divisés par le nombre de personnes composant le ménage

Ségolène n'aime pas le XIXe arrondissement de Paris

Ségolène Royal ne veut pas que son fils apprenne la comédie dans le 19e arrondissement. Gaffe royale ou coup bas de pré-campagne?

 

Le fondateur et directeur général du Cours Florent, François Florent, a épinglé Mme Ségolène Royal en affirmant lundi soir, à l'occasion du 40e anniversaire de cette célèbre école privée d'art dramatique, qu'elle avait renoncé à y inscrire son fils car l'enseignement se déroulait dans le XIXe arrondissement et non dans le centre de Paris comme elle le pensait.

"Un samedi après-midi, une voiture avec chauffeur s'arrête devant nos locaux (...) Une maman accompagnée de son enfant en descend, demande à l'inscrire en cycle préparatoire à notre secrétaire : "Vos premières années du cycle préparatoire sont bien quai d'Anjou ? (NDLR : 4e arrondissement)"; "Non Madame, nous n'avons plus le quai d'Anjou. Les cours sont ici..."; "Alors, je ne peux pas inscrire mon fils". L'enfant et la maman s'engouffrent dans la berline, direction le soleil couchant.

La maman est candidate à la présidence de la République le 22 avril", a dit François Florent lors d'un discours en présence de 200 invités dont de nombreux comédiens, anciens élèves du Cours Florent, notamment Francis Huster et Jacques Weber. A l'issue de son intervention, François Florent a indiqué à l'AFP qu'il évoquait bien Mme Ségolène Royal, ajoutant "qu'il avait été choqué par cette réaction". M. Florent n'a pas souhaité dater son récit mais en a garanti l'authenticité. (AFP)

 

Ségolène n'aime pas le XIXe arrondissement de Paris

Ségolène Royal ne veut pas que son fils apprenne la comédie dans le 19e arrondissement. Gaffe royale ou coup bas de pré-campagne?

 

Le fondateur et directeur général du Cours Florent, François Florent, a épinglé Mme Ségolène Royal en affirmant lundi soir, à l'occasion du 40e anniversaire de cette célèbre école privée d'art dramatique, qu'elle avait renoncé à y inscrire son fils car l'enseignement se déroulait dans le XIXe arrondissement et non dans le centre de Paris comme elle le pensait.

"Un samedi après-midi, une voiture avec chauffeur s'arrête devant nos locaux (...) Une maman accompagnée de son enfant en descend, demande à l'inscrire en cycle préparatoire à notre secrétaire : "Vos premières années du cycle préparatoire sont bien quai d'Anjou ? (NDLR : 4e arrondissement)"; "Non Madame, nous n'avons plus le quai d'Anjou. Les cours sont ici..."; "Alors, je ne peux pas inscrire mon fils". L'enfant et la maman s'engouffrent dans la berline, direction le soleil couchant.

La maman est candidate à la présidence de la République le 22 avril", a dit François Florent lors d'un discours en présence de 200 invités dont de nombreux comédiens, anciens élèves du Cours Florent, notamment Francis Huster et Jacques Weber. A l'issue de son intervention, François Florent a indiqué à l'AFP qu'il évoquait bien Mme Ségolène Royal, ajoutant "qu'il avait été choqué par cette réaction". M. Florent n'a pas souhaité dater son récit mais en a garanti l'authenticité. (AFP)