Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2007

Les Socialistes et les impôts... la super idée de DSK

Pour répondre à la polémique sur l’exil fiscal de Johnny Hallyday, le challenger malheureux de la candidate socialiste propose de créer un « impôt citoyen ».

 
« Il n’est plus acceptable que des citoyens français parviennent à échapper à l’impôt en s’installant hors de France. Nous proposons de définir une contribution citoyenne qui sera payée en fonction de ses capacités contributives par tout Français établi à l’étranger et ne payant pas d’impôt en France ». Telle est l’un des mesures phares du rapport sur les questions de dépenses publiques et des prélèvements obligatoires rendu par Dominique Strauss-Kahn à Ségolène Royal. Le texte ne précise pas si ce nouvel impôt concernera les Français travaillant à l’étranger ou uniquement les évadés fiscaux.
 
Arrivé bon deuxième de la campagne interne, DSK a remis à la candidate socialiste une clé USB contenant un document d’une quinzaine de pages sur le sujet. A ses côtés, le fabiusien Didier Migaud et le sénateur François Marc, co-auteurs du document.
 
Dominique Strauss Kahn recommande également de revenir sur les baisses d'impôt dont ont bénéficié les 1% de contribuables "tout en haut de la hiérarchie". Objectif : « montrer au Français que contrairement à ce qu'on dit, les socialistes au pouvoir ce n'est pas plus d'impôt, plus de dépenses mais des impôts plus justes plus efficaces, des dépenses elles aussi qui servent l'intérêt général ».
 
Ce rapport avait été commandé il y a un mois pour trancher la controverse interne au PS sur les questions fiscales, après que le premier secrétaire François Hollande se fut prononcé pour l'annulation des baisses d'impôt intervenues depuis cinq ans, à partir d'un revenu net mensuel de 4.000 euros par part fiscale.
 

Sondage BVA des 7-8 février 2007

Le leader UDF est crédité de 14% des intentions de vote, tandis que le deuxième tour verrait la victoire de Nicolas Sarkozy sur Ségolène Royal.

 
François Bayrou confirme sa percée dans les sondages : en un mois, il a gagné trois points pour recueillir 14% des intentions de vote au premier tour, selon l’étude BVA pour le portail Orange. Un score qui le place en troisième position derrière Nicolas Sarkozy (34%, stable) et Ségolène Royal (26%, -1), mais devant Jean-Marie Le Pen (12%, +1). Tous les autres candidats sont crédités de moins de 3%.
 
Au second tour, Nicolas Sarkozy battrait nettement Ségolène Royal avec 52% des voix contre 48%. Mais BVA envisage également la présence du président de l’UDF au second tour. Dans ce scénario, François Bayrou battrait Ségolène Royal avec le même score que Nicolas Sarkozy. Selon Jérôme Sainte-Marie, directeur de BVA Opinion, Bayrou attirerait dans cette configuration 85% des électeurs de droite mais aussi 26% de ceux de gauche.
 
Il échouerait en revanche face au candidat de l’UMP, mais avec un score plus serré : 51/49. Un score élevé qui, selon BVA, s’explique par « le renfort de près des trois quarts des électeurs ayant choisi Ségolène Royal au premier tour ».
 
Sondage réalisé les 7 et 8 février par téléphone auprès d'un échantillon de 843 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

La France et les Prélévements Libératoires

Les prélèvements obligatoires tirent la France vers le bas

La France est à quatre points au-dessus des autres pays européens, c'est trop estime Eric Woerth.

Mardi, dans les couloirs de l’Assemblée nationale, Eric Woerth a défendu la proposition de Nicolas Sarkozy de baisser les prélèvements obligatoires qui « tirent la France vers le bas ». « On ne peut pas se dire Européen et se satisfaire des prélèvements obligatoires qui représentent 45,3 % du PIB, soit quatre points de plus que la moyenne de l’Union européenne à 15 » avait affirmé la veille le candidat de l’UMP lors d’un entretien au journal Le Monde. Et de proposer de réduire « de 4 points nos prélèvements obligatoires ». L’objectif : rendre « 68 milliards d’euros aux Français ». Ce qui signifie concrètement « 2000 euros rendus aux Français par foyer et par an, y compris les retraités, et 4900 euros par foyer si on s’en tient à la France qui travaille ».

« Dans le programme de Nicolas Sarkozy, il y a la volonté de maîtriser la dette par une diminution des dépenses publiques, » a explique le député de l’Oise soulignant par ailleurs que « la croissance sera de 2,25% dans les années qui viennent ».
L’ancien secrétaire d'Etat à la réforme de l'Etat juge que sur « l'ensemble des grandes politiques publiques », la masse des dépenses peut être réduite. « Il y a des économies à faire » a-t-il lancé.

08/02/2007

Royal et les charentaises

Extrait du Monde

"CRÉATITUDE" ET CHARENTAISES

A la rentrée des vacances de Noël, tous les internes des lycées devaient avoir reçu... leur paire de charentaises, cette spécialité régionale de pantoufles à semelle de feutre, couleur "bleu royal", que la présidente du conseil régional a décidé de leur accorder. Mme Royal distille à chacune de ses sorties des initiatives nouvelles, à visée médiatique. Sans qu'on sache si elles émanent des rencontres "participatives" ou de la "technostructure" chargée d'alimenter la boîte à idées."

Dés le lycée, soyez des bon pantouflards l'état s'occupera de tout,!

Hilarant ou déprimant c'est selon