Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2007

Sarkozy et la révolution écologique


Les engagements de Nicolas Sarkozy en faveur de l'environnement sont nombreux et détaillés, notamment en matière de transport et de développement durable :
  1. Développer les transports non polluants :

    « S'agissant des transports, nous devons être particulièrement ambitieux pour relever les défis qui se posent à nous, concilier à la fois la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre sans pénaliser la croissance et l'emploi ... »

    Nous devons également :

    • encourager les Français à moins utiliser leur voiture individuelle en développant des transports en commun rapides, confortables, sûrs, circulant sur une large amplitude horaire, en incitant au covoiturage

    • développer la création d'une pastille bleue ouvrant droit, pour les véhicules propres, au stationnement urbain gratuit, à des réductions aux péages, à des files réservées et tout autres avantages qui donneront un avantage comparatif à ce type de véhicules.

    • développer le recours à des véhicules utilisant les biocarburants par des incitations fiscales

    • développer le fret ferroviaire pour les transports longs ainsi que le ferroutage, les canaux et les autoroutes de mer

  2. Mettre l'écologie au coeur des décisions publiques :

    • Création d'un conseil stratégique du développement durable et de la lutte contre le changement climatique auprès du Président de la République,

    • Création d'un grand ministère du développement durable,

    • Création d'un comité environnemental d'éthique pour éclairer les Français de manière transparente et scientifiquement incontestable.

  3. Conforter l'énergie nucléaire :

    • Si les centrales nucléaires devaient être remplacées par des centrales au gaz, cela augmenterait nos émissions de gaz à effet de serre de 25%.

    • C'est grâce à l'énergie nucléaire que la France émet 21% de moins de gaz à effet de serre que la moyenne mondiale.

    • Nous devons maintenir et renouveler notre parc nucléaire tout en permettant à nos concitoyens le droit d'accéder à tous les documents d'information utiles aux risques nucléaires et aux méthodes utilisées en France pour les prévenir.
 Action du jour : Vote par procuration, mode d'emploi
Vacances, obligations professionnelles, maladie, handicap... vous ne pourrez voter en personne le 22 avril ou le 6 mai prochain : Votez par procuration.

Qui peut voter par procuration ou faire établir la procuration ? Comment fait-on concrètement ?
Toutes les réponses à vos questions en cliquant ici.
Contribuez à l'action dès maintenant

27/03/2007

Emplois sans Charges

Les deux emplois sans charges du candidat centriste :
une fausse bonne idée
Une mesure qui existe déjà sans restriction pour les salaires avoisinant le Smic

Les salaires versés inférieurs à 1,6 fois le SMIC ouvrent déjà droit à un allègement des cotisations patronales de sécurité sociale (maladie, maternité, invalidité, vieillesse, décès, accident du travail et allocations familiales). Cette possibilité est accessible à toutes les entreprises sans condition liée à la durée du travail et sans formalités.

L'employeur bénéficie d'une exonération des cotisations patronales au niveau du Smic, puis d'un allègement dégressif jusqu'à 1,6 Smic (environ 1.600 € nets).

Le ciblage de l'actuel dispositif d'allègements de charges sur les bas salaires lui assure une certaine efficacité : la population concernée, souvent faiblement qualifiée, est celle qui est la plus menacée par le chômage.

Une mesure qui aurait un coût important pour une efficacité proche de zéro

L'institut de l'entreprise chiffre le coût de cette mesure à 8 milliards d'euros. Il s'agit sans doute d'un chiffre sous-évalué car elle risque de porter essentiellement, comme on va le voir, sur les plus gros salaires.

Le candidat centriste veut appliquer sa mesure d'exonération à toutes les entreprises et surtout à tous les types d'emplois, y compris les mieux rémunérés. Ainsi, l'entrepreneur avisé aurait tout intérêt à embaucher rapidement deux cadres surdiplômés, qui lui coûteraient cher en cotisations sociales.

En effet, la mesure en question ne change rien pour l'embauche d'un salarié au niveau du Smic, déjà exonéré de charges patronales aujourd'hui. Elle donne en revanche toute sa mesure quand il s'agit de recruter un collaborateur très bien rémunéré, donc a priori déjà bien inséré dans le monde du travail. A titre d'exemple, un cadre payé 6.000 € bruts tous les mois permet une économie pour l'entreprise par rapport à aujourd'hui d'environ 1.500 € en charges patronales tous les mois, soit près de 18.000 € par an.

C'est autant que le budget de l'Etat devra supporter à leur place, alors même que ces emplois auraient été créés de toute façon.
Pour quelqu'un qui veut faire de la lutte contre les gaspillages et de la réduction de la dette publique une priorité, voila une disposition bien singulière !

24/03/2007

René Galy-Dejean notre Député-Maire

 
Editorial de René GALY-DEJEAN, Législatives 2007 : je suis candidat, voici pourquoi.

medium_galy-dejean.4.jpgComme je l'avais prévu, un ministre sans aucune attache locale a été parachuté contre moi dans le 15ème. Il nous faut ensemble mesurer les mauvais calculs de cette opération.

Il s'agit d'abord d'une démarche de division. Car enfin, Edouard Balladur ayant quitté l'arène dans la partie nord du 15ème et son suppléant, Philippe Goujon, étant devenu sénateur, il y avait là une circonscription libre pour le ministre en question. Pourquoi l'avoir présenté contre moi dans la partie sud du 15ème et vouloir faire du sénateur Goujon un député ?

Il y a évidemment une raison cachée : me déstabiliser pour ensuite prendre plus facilement la Mairie. Ce sont là des combinaisons d'appareil politique visant à se partager les places dans le dos des électeurs. Je trouve ceci inacceptable. J'en appelle donc au jugement de ces électeurs pour qu'ils sanctionnent ces pratiques.

Celles-ci sont d'autant plus critiquables qu'il y avait une meilleure utilisation à faire du titre de ministre ou de celui d'ancien champion. Aller se battre dans les arrondissements perdus, le 12ème, le 13ème, le 14ème, voilà de beaux combats pour reconquérir la Mairie de Paris. Il y fallait un peu de détermination et la volonté de témoigner de convictions d'opposant à la politique socialiste. Essayer de prendre la place de ses propres amis, en limitant les risques grâce à l'appareil du parti, ne mérite guère de considération.

Vous savez que pour ma part, j'ai toujours pratiqué la politique autrement en n'hésitant pas, si nécessaire, à remettre en jeu mes mandats devant les électeurs. En effet, seuls ceux-ci détiennent la légitimité démocratique et non pas les appareils des partis à travers les investitures distribuées comme des fauteuils de conseil d'administration.

L'essentiel de ma vie a été consacré au 15ème arrondissement et à ses habitants. Il me reste un dernier service à leur rendre : mettre en place les hommes et les femmes dignes de porter l'avenir municipal de notre collectivité.

C'est ce que je ferai dès que vous m'aurez renouvelé votre confiance lors des prochaines élections législatives.

René GALY-DEJEAN

Député-maire du XVème arrondissement de Paris



Accéder à la news complète

23/03/2007

10 bonnes raisons de voter Nicolas Sarkozy


A un mois du premier tour, votre mobilisation est essentielle, voici les 10 raisons de voter et de faire voter pour Nicolas Sarkozy.
  1. Offrir la possibilité de travailler plus pour gagner davantage, parce qu'il ne sert à rien d'avoir plus de temps libre quand on n'arrive plus à boucler ses fins de mois.

  2. Faire plus pour ceux qui ont moins, qu'ils vivent dans une zone rurale enclavée, dans une banlieue défavorisée ou dans un bassin d'emploi sinistré, sans pour autant dédouaner de sa part d'effort.

  3. Pouvoir transmettre à ses enfants sans aucun droit de succession le patrimoine constitué tout au long d'une vie de travail.

  4. Augmenter le budget de l'enseignement supérieur de 50% en cinq ans et l'effort de recherche de 40% car il est essentiel que la France tienne son rang sur la scène internationale dans ce domaine.

  5. Développer un nouveau service public de l'emploi pour mieux accompagner la recherche d'emploi : la création d'une assurance « salaire et retour à l'emploi » s'accompagnera d'une réforme de la formation professionnelle. En outre, un revenu d'assistance doit être toujours assorti d'une activité d'intérêt général de sorte que chacun donne un peu en contrepartie de ce qu'il reçoit.

  6. Instaurer un véritable droit au logement (au bout de cinq à dix ans), le droit à l'hébergement, le droit de scolariser son enfant handicapé, le droit à une solution de garde pour chaque enfant de moins de trois ans et le droit à la prise en charge de la dépendance doivent devenir opposables devant les tribunaux pour qu'ils soient respectés.

  7. Mettre en place des internats de réussite éducative et des classes de 15 élèves dans les quartiers défavorisées, et investir dans le développement et la diversification des modes de garde des enfants le soir, notamment en développant les études surveillées sur la base du volontariat pour mettre fin aux « orphelins de 16 heures ».

  8. Assouplir la carte scolaire afin de garantir la liberté du choix de l'établissement.

  9. Faire face à l'urgence écologique, et pour cela taxer les pollutions plutôt que le travail en basculant sur une fiscalité écologique une partie des charges qui pèsent sur le travail.

  10. Instaurer des peines planchers : les multirécidivistes doivent être certains en arrivant devant le tribunal qu'ils auront une peine incompressible. Pour un mineur récidiviste entre 16 et 18 ans, l'excuse de minorité doit être automatiquement supprimée : il doit être condamné comme s'il était un majeur.
 Action du jour
Profiter de ce week-end pour diffuser largement cet argumentaire à vos amis par email, mais également en allant le distribuer autour de vous.

Pour télécharger l'argumentaire au format pdf, cliquer ici.
 Actualité du candidat
Nicolas SARKOZY sera l'invité du GRAND RENDEZ-VOUS animé par Jean-Pierre ELKABBACH, en direct sur Europe 1 et TV5 le dimanche 25 mars 2007 à 18H00.