Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2014

Ce que propose NKM pour la culture

Attirer à  ceux qui «préfèrent désormais Londres ou Berlin». C'est l'ambition affichée de Nathalie Kosciusko-Morizet qui présentait lundi soir son projet culturel pour la capitale. Entourée de nombreux artistes dont le chanteur Didier Barbelivien, proche de , la chanteuse Judith et l'écrivain Jean d'Ormesson... et Carla-Bruni Sarkozy qui a fait une apparition surprise, la candidate UMP a voulu se montrer proche des préoccupations des créateurs. Développer le mécénat ou des événements culturels emblématiques... voici quelques-une de ses propositions. 

http://www.nkmparis.fr/actualites/carnet-campagne/propositions-culture-nkm

 

12:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nkm, culture | Digg! Digg |  Facebook

Les socialistes mentent (encore) sur le nucléaire

Mon cher Canard,

>  Bien qu'étant un très ancien lecteur (depuis 40 ans), c'est la première fois que je prends la plume (pardon..le clavier !) pour t'écrire.

> En effet, je t'ai été très fidèle pendant une vingtaine d'années. J'ai même une collection de tes exemplaires reliés en 8 volumes bisannuels magnifiques.  Mais lorsque je me suis aperçu que tu me trompais, ma fidélité s'est un peu émoussée et j'ai cessé de te lire toutes les semaines...

> Qui suis-je ?  Un retraité, Ingénieur de formation, qui a traîné ses guêtres pendant 25 ans dans les centrales nucléaires françaises. J'ai été successivement Ingénieur, Chef de Service, Directeur Adjoint de Centrale, Directeur de centre de formation nucléaire, Inspecteur de Sûreté Nucléaire...
>

> Sache que je ne tire aucune gloire de ces fonctions... mais si j'éprouve le besoin de les énumérer, c'est pour te dire que je connais plutôt bien mon Nucléaire ! 

> Le fait d'avoir traîné pendant des années mes souliers et mes combinaisons parmi les tuyaux, les pompes et les réservoirs, d'avoir côtoyé quotidiennement les travailleurs de cette industrie, me donne, en tous cas je le crois,  une certaine légitimité pour parler du sujet.

> Sûrement plus que certains "scientifiques notoires", tels Monique SENE, dont je connais les travaux systématiquement à charge contre le Nucléaire depuis 25 ans, et qui travaillent principalement au fond de leur bureau, échafaudant des hypothèses et des conclusions pas toujours prouvées...mais toujours empreintes d'une certaine mauvaise foi .

>  Ce préambule étant fait, tu dois comprendre pourquoi je me suis senti trompé par toi, de par tes positions systématiquement anti nucléaires où j'ai senti beaucoup plus d'idéologie que de rationalité !  Or, tu m'avais habitué  à l'objectivité et à la rationalité.

>  Je vais m'appuyer sur ton article de ce jour qui traite des déchets nucléaires, non pas en énumérant des hypothèses ou des suppositions comme d'autres le font, mais en m'appuyant sur des faits réels et avérés. Les chiffres que je cite sont des chiffres  tirés des rapports EDF, AREVA, de la CRE et de la Cour des Comptes. Il ne me reste qu'à faire quelques multiplications et divisions simples qu' Alsheimer ne m'empêche pas encore de faire...

> Dernière précision:  je ne suis guidé par AUCUN intérêt  personnel...Seul l'intérêt que j'ai pour la vérité me guide !
>

>  COUTS DU NUCLEAIRE 

> Dans son rapport 2012, la Cour des Comptes avait chiffré à 258 Milliards le coût total du Nucléaire( hors déchets et démantèlement ) depuis l'origine jusqu'en 2010... Or, jusqu'en 2010, le Nucléaire  avait produit en France environ 14 000 Milliards de KWH....Ce qui met le KWH à :  258/ 14000 =  0,0185 Euros /KWH  (18,5 Euros par MWH)
>

> Même en doublant ce chiffre ( 258 Milliards pour les déchets et le démantèlement; ce qui est considérable) on arrive à  37 Euros par MWH ! Ce qui est loin des 75 ou 90 Euros que je lis dans ton article de ce jour !

> Il est question de 1 Milliard de travaux préconisés par l'ASN  pour prolonger Fessenheim de 10 ans...En 10 ans les deux tranches de Fessenheim produiront 100 Milliards de KWH....Ce qui majorera le KWH de 1/100= 0,01 Euro (10 Euros par MWH ....est ce rédhibitoire quand on le compare au coùt des énergies renouvelables que je donne plus bas ?). S'agissant de Fessenheim, a-t-on chiffré l'investissement en réseau nécessaire pour garantir  la sécurité électrique de l'Alsace lorsque cette centrale sera arrêtée?...Si elle s'arrête !
>

> Quant à l'EPR, la tête de série ( toujours plus chère parce qu'elle essuie les plâtres ) de Flamanville, il devrait coùter  8 Milliards....somme considérable, certes !  Oui, mais elle devrait produire 600 Milliards de KWH au cours de sa vie...ce qui met l'investissement à 8 / 600 = 0,0133 Euros par KWH  ( et 13, 3 Euros par MWH )....même en triplant ce coùt ( +16 Milliards) pour l'exploitation, la maintenance, les déchets et démantèlement  on arrive à 40 Euros par MWH...loin des 90 Euros que je lis dans ton article !
>

> D'ailleurs ces coûts sont cohérents avec le prix de vente des KWH nucléaires à "prix coùtant" que pratique Mr PROGLIO ( PDG d'EDF), vis à vis des producteurs privés, et que lui impose la loi NOME:  il vend à 42 Euros/ MWH ...et ce chiffre est contesté par ses clients, qui le trouvent trop élevé. Crois tu que Mr PROGLIO est homme à vendre à perte ?
>

>  COUTS DU RENOUVELABLE

>  Je lis dans ton article que l'éolien coûterait  un peu plus de de 90 Euros par MWH....Si on se réfère aux installations  existantes, ( j'ai vérifié celles qui se trouvent dans ma région) les coûts sont proches de 180 Euros par MWH pour l'éolien terrestre, et 250 Euros pour l'éolien marin ou le solaire.

> ( Pour information le charbon est à peu près à 120 Euros / MWH) . 

> A noter que ces coûts ne comprennent ni la maintenance ni la déconstruction ( élevé pour les panneaux solaires qui contiennent des métaux rares très toxiques ).

> Je passe sur les investissements en réseau supplémentaires qu'il est  nécessaire d' effectuer  pour préserver l'intégrité de l'alimentation électrique.  En effet, s'agissant d'énergies intermittentes, susceptibles de varier très brutalement sur un aléa climatique soudain, elles peuvent mettre en péril la stabilité du réseau électrique...
>

> Et puis, mon cher Canard, est ce que tu ne t'éclaires ou ne te chauffes que lorsqu'il y a du soleil ou du vent...?
>

> Pourquoi les "grands médias", à part Le Monde partiellement, ne nous informent-ils pas de l'arrêt du soutien des Gouvernements Espagnol et Anglais à l'énergie éolienne, jugeant que c'est un gouffre financier ? 
>

> Pourquoi, Canard, tu ne nous dis pas que 14 000 éoliennes sont entrain de rouiller aux USA ?

> Pourquoi, tu ne nous dis pas que l'Allemagne, souvent citée en exemple vient de stopper son soutien financier à l'éolien, jugeant que c'était un gouffre financier ?  Il faut dire que la "transition énergétique" de l'Allemagne vient d'être évaluée à 1000 Milliards ! Pourquoi tu ne nous ne dis pas qu'elle brûle massivement du charbon ( lignite ) pour remplacer les 8 réacteurs nucléaires qu'elle a arrêtés ( elle n'arrive pas à arrêter ceux qui restent )....  qu'un Allemand rejette trois fois plus de CO2 qu'un Français, et paye son électricité 2 fois plus cher ? 

> Les Français ont, sur leur facture  d'électricité, une rubrique CSPE (Contribution au Service Public d'Electricité ) qui représentait en 2012, environ 10 % du total...Cette CSPE  comporte pour 60 % le surcoût lié  aux énergies renouvelables ...
>

> Selon la CRE ( Commission de Régulation de l'Energie) ce surcoût va passer de 2, 8 Milliards en 2013 à 3,5 Milliards en 2014 ce qui devrait générer une augmentation de la facture de 2 %  ( hors prix du KWH qui augmentera de son côé ) ..

> 3,5 Milliards cela représente 5 % du CA d'EDF !...Si le solaire et l'éolien n'existaient pas la facture serait réduite d'autant !

> Est ce opportun d'imposer ce surcoût aux Français en période de crise ?   Au moment où on nous rebat les oreilles avec la compétitivité des entreprises, faut il alourdir inutilement leur facture d'électricité ?
>

> D'autant plus que le développement de ces énergies donne du travail aux étrangers ( Chinois en particulier ) et les investisseurs, qui ont flairé le bon filon, sont aussi, pour la plupart étrangers !  Il parait ( à vérifier) que même la mafia italienne  a investi dans le domaine, en Allemagne, pour blanchir de l'argent sale!
>

> Je crois avoir apporté suffisamment d'éléments, qui montrent que la politique énergétique choisie par le Gouvernement, à travers la "transition énergétique",  pour faire plaisir aux "arrivistes" Verts  nous conduit à une catastrophe économique....
>

>  SURETE  NUCLEAIRE

>  Je te connais Canard...tu ne vas pas manquer de m'objecter que quels que soient les arguments économiques, la Sécurité n'a pas de prix...et tu auras raison ! Mais il faut pousser un peu plus loin l'analyse...

>  En tous domaines, le risque pris se mesure en multipliant les conséquences potentielles d'un accident par sa probabilité d’occurrence.

> Pour ce qui concerne les conséquences d'un accident, nous les connaissons à travers Tchernobyl et Fukushima ou tout au moins nous en avons une idée !  Je rappelle, tout de même qu'à Hiroshima et Nagazaki, la vie  est aujourd'hui, 70 ans après, tout à fait normale.
>

>  Quant à la probabilité, il est nécessaire de la réduire au maximum  par la qualité de la construction, de l'exploitation, de la maintenance et...du contrôle.

> Pour avoir exercé les fonctions d' Inspecteur en Sûreté Nucléaire, je crois pouvoir affirmer que notre ASN est la meilleure au monde, de par son indépendance, sa compétence, sa rigueur et sa neutralité....Ce n'était pas le cas au Japon...et encore moins à Tchernobyl, où elle était inexistante.
>

> Dans ton journal, cher Canard, tu fais référence à St Laurent des Eaux où une partie du cœur a fondu....Oui c'est vrai ...mais quelles conséquences pour l'environnement ?  A ma connaissance, quasiment aucune...et c'est cela qui est important !
>

> Là où tu dis la vérité, c'est lorsque tu dis nos réacteurs graphite gaz  présentaient le même défaut que Tchernobyl : l'absence d'enceinte de confinement .....Mais ce qui est rassurant c'est que la France, a immédiatement pris la décision d'arrêter ses réacteurs graphite gaz après Tchernobyl :  Bugey 1, Chinon 2 et 3, St Laurent 1 et 2...Et dans les deux ans, ils étaient tous à l'arrêt ......A noter que cette technologie avait été voulue par De Gaulle pour ne pas copier les Américains ...et leurs réacteurs à eau légère !
>

> Tu nous parles aussi, à juste titre, des fusions du cœur à TMI* et à Fukushima....Encore exact, mais il ne faut pas faire d'amalgame...Fukushima est un réacteur à EAU BOUILLANTE avec une enceinte de confinement légère qui n'a pas résisté aux explosions d'Hydrogène  ( pourtant quelque temps auparavant  Areva leur avait proposé des recombineurs d'Hydrogène que TEPCO a refusés, les jugeant trop chers ... Tous nos réacteurs Français en sont pourvus ). *TMI : Three Mile Island 
>

> Quant à TMI, l'accident confirme, en grandeur réelle, que le cœur d'un réacteur à EAU PRESSURISEE peut fondre presque entièrement  SANS conséquence pour l'environnement !  Pourquoi ? Parce que l'enceinte de confinement a tenu...Au passage je t'informe que les enceintes de l'EPR sont encore plus résistantes que celles de TMI . Ce type de réacteur est le plus répandu au monde, et en France nous n'avons que ceux là ! 
>

> Sachant qu'une probabilité n'est jamais nulle, le fait que JAMAIS il n'y a eu d'accident AVEC des rejets radioactifs sur un réacteur a EAU PRESSURISEE du type de ceux que nous avons en France, et qui est le plus répandu au monde, est plutôt rassurant  pour notre pays !
>

>  CONCLUSION:

> Mon cher Canard,  j'ignore si je t'ai convaincu, mais j'espère au moins, t'avoir fait réfléchir....
>

> Je te demande simplement lorsque tu t'empares d'un sujet, d'essayer de le traiter à charge ET à décharge....comme tu m'y avais habitué ! 

> Je ne peux pas terminer sans te faire deux remarques :

> -  le "lobby  Nucléaire" si cher aux Verts n'existe pas! Un lobby est, en général là pour défendre des intérêts privés...et le CEA est 100% public et AREVA  et  EDF  sont à 85 % publics !  Alors que le "lobby privé renouvelable" est une réalité. Il est même soutenu par les Verts.

> - le Professeur de Médecine Nucléaire  Jean ARTUS du CHU de Montpellier, sommité internationale, qui n'a aucun lien, ni intérêt dans l'énergie nucléaire, écrivait, il y a quelque temps dans les journaux régionaux : " les écologistes mentent en matière de Nucléaire" ou encore " le Nucléaire est l'avenir de notre pays "!

> Ne l'oublie pas, cher Canard quand tu parles de Nucléaire....
>

> Avec toute ma sympathie....et peut-être, à nouveau, mes 1,20 Euros hebdomadaires !
>

> Un lecteur  ( un peu) averti

12:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nucléaire | Digg! Digg |  Facebook

17/09/2013

La Légende du Père Noël

En fait, tout commence il y a bien longtemps, en 270 après Jésus Christ.

A cette époque naquit Nicolas de Myre, dans la cité de Patara, en Asie mineure (une région correspondant à la Turquie actuelle). Se convertissant très tôt au christianisme, le jeune homme fut nommé évêque de Myre par la jeune Église catholique, mais mourut martyr (aux environs de 350 après Jésus Christ.).

Selon la légende, les Romains tuèrent Nicolas de Myre un 6 décembre. Une fois décapité, il aurait jaillit une fontaine d'huile du cou de la victime.

Peu après, l'Église décida de canoniser Nicolas, et choisit de célébrer le saint le 6 décembre de chaque année.

Par la suite, lorsque les Turcs s'emparèrent de Myre, des moines de la ville montrèrent le tombeau de Saint Nicolas à des soldats italiens, originaires de Bari. Ouvrant le cercueil, ils trouvèrent les ossements du Saint baignant dans l'huile, selon la légende. Par la suite, les soldats mirent les os dans une boîte, et rentrèrent chez eux, à Bari (c'est pour cette raison que Saint Nicolas est parfois appelé Nicolas de Bari.).

Pour la petite anecdote, sachez qu'au Moyen âge, de nombreux escrocs vendirent de la prétendue "huile sainte", ayant le pouvoir de guérir les malades.


Puis, dans le courant du XII° siècle, un chevalier lorrain revenant de la croisade passa par Bari, où étaient entreposées les reliques de Saint Nicolas. C'est ainsi qu'il exporta le culte de ce Saint dans le nord de la France (emportant quelques os au passage.).

Au fil des siècles, le culte de Saint Nicolas évolua, jusqu'à devenir ce que connaissent aujourd'hui les habitants du nord de la France, de la Belgique et des Pays Bas : dans la nuit du 5 au 6 décembre, Saint Nicolas se rend dans les chaumières afin de demander aux enfants s'ils ont été obéissants. Ces derniers laissent alors leurs souliers devant la cheminée ou devant la porte, ainsi que sucre, du lait et une carotte pour la mule qui porte Saint Nicolas. Les enfants qui ont été sages au cours de l'année reçoivent donc des cadeaux, mais pas les enfants qui furent méchants. En effet, ces derniers reçoivent alors des coups de fouet, administrés par le Père Fouettard, un sombre ladre tout de noir vêtu.

Au XVI° siècle, la réforme protestante mit fin au culte de Saint Nicolas dans de nombreuses régions d'Europe du nord, voulant mettre un terme à ces actes de dévotion d'origine catholique. Cependant, les habitants de Pays bas, bien que protestants, décidèrent de conserver la fête de Sinter Klaas (c'est ainsi qu'est nommé Saint Nicolas en langue flamande.).

Au cours du XVII° siècle, la Saint Nicolas immigra elle aussi, accompagnant ces Hollandais venus s'installer en Amérique. Ces derniers fondèrent New Amsterdam, qui, en 1664, suite à la prise de la ville par les Anglais, fut rebaptisée New York (pour la petite anecdote, sachez que la célèbre Wall Street fut nommée ainsi car c'était à cet endroit que fut érigé le premier mur d'enceinte de la ville.).

En quelques décennies, cette coutume néerlandaise de fêter la Saint Nicolas se répandit rapidement au sein des foyers des colons anglais. Sinter Klaas se transforma peu à peu en Santa Claus...

Au fil des décennies, les familles chrétiennes trouvèrent plus approprié que cette fête des enfants soit associée à la naissance de l'enfant Jésus. Ainsi, Santa Claus commença donc à faire sa tournée non plus dans la nuit du 5 décembre, mais bien dans la nuit du 24.

Mais c'est au XIX° siècle que Santa Claus se transforma le plus. En 1821, Clément Clarke Moore, un pasteur américain, écrivit un conte de noël, y faisant apparaître le bon Santa Claus. Ce dernier prit de l'embonpoint, sa crosse se transforma en sucre d'orge, sa mitre devint un bonnet, sa mule fut remplacée par un attelage de rennes. En outre, l'auteur fit disparaître le Père Fouettard...

Au fil des années, Santa Claus prit du poids : d'un évêque plutôt maigre à l'origine, il devint le gros bonhomme que nous connaissons aujourd'hui.

En 1863, Santa Claus troqua ses habits d'évêque contre un costume rouge avec fourrure blanche, rehaussé d'une large ceinture de cuir (il fut représenté ainsi par Thomas Nast, illustrateur et caricaturiste au journal new-yorkais Harper's Illustrated Weekly). Au cours des décennies qui suivirent,  Nast dessina des centaines de Pères Noëls, "uniformisant" ainsi l'image de ce personnage dans l'inconscient collectif.

En 1885, Nast décida aussi que l'antre de Santa Claus se trouvait au Pôle Nord (le dessin qu'il réalisa représentait deux enfants regardant, sur une carte du monde, le tracé du parcours de Santa Claus depuis le pôle Nord jusqu'aux États-Unis).

Puis, en 1886, l'écrivain américain George Webster reprit l'idée de Nast, précisant que la manufacture de jouets et la demeure du Père Noël, pendant le reste de l'année, était en fait dans les neiges du pôle Nord.

Enfin, en 1931, l'entreprise Coca Cola donna une nouvelle allure au Père Noël, sous le pinceau d'Haddon Sundblom. Santa Claus y gagna alors son air jovial et son attitude débonnaire, et troqua sa robe contre un pantalon et une tunique rouge. L'objectif de la firme était alors d'inciter les consommateurs à boire du Coca Cola en plein hiver...

Le Père Noël n'est donc pas une invention moderne, mais est au contraire issu d'une tradition très ancienne, remontant au III° siècle après Jésus Christ. Par contre, que l'on puisse se poser des questions sur la transformation (qui dura environ 16 siècles !) d'un évêque d'Asie mineure en un gros bonhomme rougeaud, ceci est un autre débat...

C’est sur ces quelques explications, que j’invite les Maires de France, les directeurs et les directrices d’école à ne pas céder à la pression de la communauté musulmane qui pourrait ne pas se reconnaître dans cette tradition païenne.

Tout autre comportement serait contraire à la laïcité de l’école et de l’enseignement en général, puisqu’il reconnaîtrait implicitement l’idéologie religieuse exprimée par ces communautés. Nous invitons donc ceux qui s’opposent à cette tradition à retirer leurs enfants de l’école ce jour-là et de laisser les français et tous ceux qui s’y reconnaissent à partager ensemble le bonheur et la joie des enfants.



Robert LEDOUX

15:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : père noël | Digg! Digg |  Facebook

13/04/2013

Vous avez dit rocambolesque ?

Entendu aujourd’hui : « cette histoire est rocambolesque ! » Saviez-vous que ce mot vient de « rocambole » et que Rocambole est le nom d’un héro de roman ! En effet, à la fin du 19ieme, Pierre Ponson du Terrail, vicomte et romancier français connu à l’époque, raconte dans ses romans les folles aventures d’un certain… Rocambole ! Les péripéties de Rocambole sont trépidantes et deviennent vite «rocambolesques » !!!! Pour la petite histoire le personnage de Rocambole fera la fortune de Pierre Ponson du Terrail, il rédigera neuf romans à succès le mettant en scène! L’auteur devra arrêter d’écrire à cause de la capitulation de Napoléon III devant les allemands en 1870. Pierre Ponson du Terrail meurt en 1871 laissant la saga de Rocambole inachevée. Merci à Jérôme Durieux.

16:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rocambolesque | Digg! Digg |  Facebook