Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2012

La sécurité des Français n’intéresse pas le PS

By Laure de la Raudière (http://www.la-raudiere.com)

 

En dénaturant le 1er février dernier, le projet de loi de programmation sur l'exécution des peines qui avait été adopté par l'Assemblée Nationale le 17 janvier dernier, le Sénat montre le vrai visage de ce que la gauche nous réserve dans le cas d'une victoire électorale.

 

Depuis des mois, les élus de la majorité présidentielle se battent pour mettre en place des règles répondant à un besoin incontesté des Français qu'ils soient de droite ou de gauche : celui de la sécurité de leurs personnes et de leurs biens.

 

Nous avions ainsi travaillé à réduire la récidive et  la délinquance des mineurs et pris des décisions mûrement réfléchies. Par l'exemple de l'obligation d'informer les directeurs d'écoles lorsque l'un de leurs élèves est condamné pour crime ou violence. Elle nous semble être de bon sens et, à vrai dire, pas vraiment politique…

Eh bien, le Sénat, passé à gauche depuis septembre 2011, n'en veut pas !

 

Les sénateurs socialistes veulent réfléchir à l impact de cette mesure... Mais combien de temps leur faut-il pour qu’ils comprennent que la priorité est la protection victimes potentielles!

 

Nous avions également prévu la création 24.000 nouvelles places de prison d'ici cinq ans. C'est hélas une nécessité… Rappelons que la France est l'un des pays d'Europe où le nombre moyen de détenus est le plus faible.

Mais la majorité des sénateurs en a décidé autrement : suppression des peines planchers et instauration d'un quota maximum de détenus.

En clair, cela signifie qu'il faudra libérer des criminels pour en incarcérer de nouveaux ou ne plus mettre de nouveaux criminels en prison, même si cela est justifié. C’est tout simplement aberrant.

 

Lorsque nous disons que laisser en liberté un criminel récidiviste, c'est mettre en danger la santé ou la vie de nos concitoyens, faisons-nous de la « politique politicienne » ?

 

Aussi, je m'insurge contre cette démagogie destructrice, j'y vois une lâcheté de plus à refuser d'affronter les vrais problèmes que tout le monde connaît… Ces choix ne sont guidés que par une idéologie laxiste, désormais largement dépassée.

 

Rappelons-nous que ces reculades émanent d'une gauche dont le champion déclare en même temps, souhaiter que «les peines soient effectivement exécutées »… Quelle duplicité ! 

On ne peut pas éternellement dire une chose et promettre le contraire, surtout dans le domaine de la sécurité des Français. C'est un sujet que l’on ne peux pas traiter à la légère !

Les commentaires sont fermés.