Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2010

Twitter and election results

The forthcoming General Election is probably going to be one of the closest in recent UK history, with the pollsters suggesting various hung parliament and minority Labour or minority Conservative government scenarios. During the General Election campaign, Tweetminster is conducting an experiment around whether activity on Twitter correlates to electoral success.Our inspiration for this experiment comes from last year’s General Election in Japan, when a group of software engineers and PhD graduates from Tokyo University undertook a study analysing the correlation between ‘online buzz’ and election results. The aim of the study was to assess if word-of-mouth mentions of candidates could help to predict which ones would be successful. The study found that in a majority of constituencies the most mentioned candidate won the sea.

09:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : twitter, elections | Digg! Digg |  Facebook

04/04/2010

Impôts à Paris : la hausse incontrôlée de Delanoé-Hidalgo

Delanoé-Hidalgo : encore des mensonges ! Parisiennes, Parisiens, il faut encore payer!

Les contribuables parisiens, qui doivent s'acquitter de leurs feuilles d'impôts locaux, ont une bien mauvaise surprise. Qu'on en juge : pour les propriétaires, la taxe foncière augmente en moyenne de 30 % par rapport à l'année dernière. Quant à la taxe d'habitation, dont le montant a été notifié en octobre, la hausse moyenne est de l'ordre de 9 %. Et ce n'est pas fini. Le maire de Paris a d'ores et déjà promis pour l'année 2010 une hausse de même importance. Ainsi, avec l'évolution prévisible des bases d'imposition et l'inflation, la hausse moyenne des impôts locaux approchera les 25 % en deux ans ! Record historique, toutes catégories.

Si le maire de Paris est contraint de frapper aussi lourdement, c'est en raison du dérapage incontrôlé depuis 2001 du train de vie de la Mairie de Paris. À l'arrivée de Delanoë, celle-ci comptait un peu moins de 40 000 agents. Huit ans plus tard, ils sont plus de 50 000. Les dépenses de personnel ont augmenté de 45,7 % et l'endettement de la ville et du département a quasiment doublé. Quant aux dépenses de communication, elles ont augmenté de 62 %… Pour tenter de masquer ces dures réalités, dans le dernier numéro du journal À Paris, diffusé à tous les foyers parisiens aux frais du contribuable, le maire de Paris, préfaçant un dossier «fiscalité», écrit : «Trois principes nous guident dans cette démarche : rationalité et exigence dans notre gestion, justice fiscale et transparence.» Parlons-en ! Le maire de Paris affirme que pendant huit ans les taux des impôts locaux sont restés stables. C'est faux. Plusieurs impôts ont augmenté : la taxe de balayage (+ 11 %), la taxe d'enlèvement des ordures ménagères (+ 18 %), la taxe de séjour (de 3 à 40 % selon les cas), pour ne prendre que ces trois exemples.
«Conformément à ce que nous avions annoncé publiquement avant les dernières élections municipales, nous appliquons pour cette nouvelle mandature une hausse maîtrisée des impôts, strictement limitée aux deux premières années. Autrement dit, c'est à une nouvelle stabilité fiscale que je m'engage devant vous» (sic !) M. Delanoë est sans doute le seul à pouvoir considérer qu'une augmentation en une seule année de 30 % de la taxe foncière et de 9 % de la taxe d'habitation relève d'une bonne maîtrise de cette évolution. Quant à la stabilité sur laquelle il s'engage, rappelons que les taux d'imposition parisiens ont atteint cette année leur plus haut niveau historique.
La très forte hausse de la taxe foncière s'explique par la création d'une nouvelle taxe foncière départementale qui aurait pour objet de faire disparaître, toujours selon M. Delanoë, «une profonde injustice fiscale». Rappelons que Paris est la seule ville de France à être à la fois commune et département.
Par ailleurs, le maire de Paris prétend que cette taxe foncière ne frappe que les propriétaires et exempte les locataires. C'est oublier que les propriétaires occupants sont nombreux à Paris et que tous les locataires connaîtront rapidement la répercussion sur leur loyer des hausses subies par les propriétaires. Pour justifier toutes ces hausses, le maire de Paris, inventeur de la double peine fiscale, évoque régulièrement une dette de l'État dont le montant, fluctuant depuis plusieurs mois, serait aux dernières nouvelles de 312 millions d'euros. Malgré nos questions précises, aucun élément n'est venu étayer une telle somme. À l'inverse, nous constatons que les concours de l'État ont augmenté de 25 % entre 2001 et 2008, alors que durant la même période l'inflation était de 14,7 %.
On le voit, malgré tous les efforts de son abondante communication, le maire de Paris ne parvient pas à justifier de telles hausses. Mais le plus inquiétant, c'est qu'il n'entend en rien modifier sa politique et le rythme des dépenses de la collectivité parisienne. «Poursuivre et amplifier une politique sociale parmi les plus dynamiques de France», nous dit-il ! Si l'on comprend bien, il s'agit de dépenser toujours plus et de ne rien réduire du train de vie de l'Hôtel de Ville : le contribuable paiera…
Élus UMP à Paris, nous concevons notre action en termes d'opposition constructive. En décembre dernier, lors du vote du budget 2009, nous avions proposé de ramener l'augmentation moyenne des impôts de 9 à 4,5 %, preuve tangible de notre sens des responsabilités. Le maire de Paris a bien entendu fait rejeter par sa majorité notre proposition. Mais, on le voit bien, avec des hausses d'une telle brutalité, les Parisiens, déjà touchés par le coût de la vie très supérieur à Paris que dans le reste de la France, n'admettront pas une hausse supplémentaire d'un impact comparable pour l'année prochaine. Que tous les contribuables parisiens se manifestent et se joignent à nous pour exiger que le maire de Paris renonce en 2010 au matraquage fiscal supplémentaire déjà annoncé.
(1) Signataires : Jean-François Lamour, président du groupe UMPPA au Conseil de Paris et député de Paris ; Philippe Goujon, Président de la Fédération UMP de Paris et Député-Maire du XVème arrondissement, Christine Lagarde, Ministre de l’Economie et des Finances et Conseiller de Paris, Pierre Lellouche, secrétaire d'État chargé des Affaires européennes et conseiller de Paris ; Jean Tiberi, député maire du Ve arrondissement de Paris ; Rachida Dati, députée européenne et maire du VIIe arrondissement de Paris ; Claude Goasguen, ancien ministre, député maire du XVIe arrondissement de Paris ; Bernard Debré, député de Paris et conseiller de Paris du XVIe arrondissement ; Françoise de Panafieu, députée de Paris et conseillère de Paris du XVIIe arrondissement ; Catherine Dumas, sénatrice de Paris et conseillère de Paris du XVIIe arrondissement ; Jean-François Legaret, maire du Ier arrondissement de Paris et président de la commission des finances du Conseil de Paris ; Jean-Pierre Lecoq, maire du VIe arrondissement de Paris ; François Lebel, maire du VIIIe arrondissement de Paris ; Brigitte Kuster, maire de XVIIe arrondissement de Paris ; Laurence Douvin, 1re vice-présidente du groupe UMPPA au Conseil de Paris ; Jean-Jacques Giannesini, vice-président du groupe UMPPA au Conseil de Paris.

03/04/2010

Bouclier fiscal : étonnant non ?

Etonnant tout ce bruit autour du bouclier fiscal, non ? Encore plus étonnant, tous ces leaders politiques (UMP compris) qui ont quelques chose à dire sur ce sujet. La vérité est que tout le monde pense, déjà, à l'éléction présidentielle de 2012...

La vrai bonne idée serait de se concentrer sur les difficultés actuelles des français et, pour les députés ou élus UMP, de travailler AVEC le gouvernement et le Président de la République. Les français cherchent : un emploi, un logement ; désirent : un système de santé protecteur, une certaine garantie pour leur retraite et de la sécurité tous les jours.

Alors le bouclier fiscal... pas vraiment le sujet ! Surtout que pour 144 milliards de déficit, 1500 milliards de dette (77% de la richesse du pays), le bouclier fiscal "pèse" 500 millions : 0,03% de la dette! La plupart (66%) des "heureux bénéficiaires" gagnent moins de 12 000 euros et ont touché 122 euros... Alors, cela ne va pas changer la vie des français. C'est pas juste de vous laisser 50% de ce que vous avez ?

N'oublions pas que le principe du bouclier fiscal a été mis en oeuvre il y a des années (à 60%) sans que personne (ni Juppé, ni Raffarin...) n'y trouve à y redire. Le candidat Sarkozy, en 2007, avait promis de ramener le plafond à 50% : on voudrait lui reprocher de tenir ses promesses ?

Soyons sérieux : tout cela relève du bla bla politique, contribue à l'abstention et ne rend pas crédible les auteurs contestataires et n'interesse pas les français. En revanche, tout le monde comprend les raisons de ce tapage : la présidentielle de 2012 et les primaires à droite. Ce n'est pas parce que l'UMP a perdu les élections régionales, si on peut dire : on passe de 2 à 3 régions, comme tous les gouvernements à mi-mandat, qu'il faut perdre son sang froid et tirer sur le chef.

Ce qui est "injuste", ce n'est pas le bouclier fiscal, c'est la situation économique qui crée de la pauvreté et de la souffrance.

Alors, messieurs les gestionnaires et élus : au travail pour soutenir l'emploi, la création d'emploi, la vie des entreprises, la construction de logements et la sécurité pour tous.

Le Président de la République a pris des engagements en 2007, il faut les tenir.

Absenteisme scolaire

Parce que la procédure de suspension des allocations familiales est aujourd’hui extrêmement  compliquée et donc peu appliquée, « nous souhaitons que soit créé un nouvel outil entre les mains des préfets pour qu’ils décident eux-mêmes de suspendre les allocations dans les cas les plus graves », a expliqué Frédéric Lefebvre lors de la conférence de presse hebdomadaire du mouvement.

Le porte-parole de poursuivre en rappelant que « cette procédure est essentielle car elle met en œuvre la responsabilité des parents ». « C’est un sujet de préoccupation majeure » pour notre famille politique.

Xavier Bertrand avait dès cet automne appelé à une meilleure application de la loi du 31 mars 2006 qui prévoit la création d'un contrat de responsabilité parentale et la faculté de suspendre tout ou partie des prestations familiales. A ce jour, la pétition lancée sur le site du mouvement populaire et relayé par le site communautaire des Créateurs de Possibles a été signée par plus de 35 000 personnes. Son succès a permis à Xavier Bertrand d'appuyer cette proposition auprès du Président de la république. Responsabiliser les parents d’élèves qui ne sont pas à l’école est  la première initiative postée sur le réseau social de l’UMP, les Créateurs de Possibles et compte parmi les plus populaires.

13:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : absenteisme, ump | Digg! Digg |  Facebook