Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2009

Projet de loi « Grand Paris »

Bertrand Delanoë choisit d’être l’homme du Passé

Jean-François Lamour, président du groupe UMPPA en Conseil de Paris, et l’ensemble des élus du groupe réaffirment leur soutien plein et entier au projet de loi « Grand Paris » en réponse au vœu déposé par l’Exécutif parisien dans le cadre du prochain Conseil de Paris des 29 et 30 septembre.

Ce voeu, qui remet totalement en cause le projet de loi « Grand Paris », résume à lui seul le combat politicien que Bertrand Delanoë a décidé d’engager contre la future Société du Grand Paris.

Alors que, désormais, Bertrand Delanoë transforme Paris en une « sous-capitale » économique, le maire de Paris est uniquement animé par la volonté de substituer Paris Métropole à la Société du Grand Paris. En perte de vitesse sur le terrain du développement de la Région Capitale, à court d’initiative véritablement constructive pour Paris, Bertrand Delanoë tente maladroitement de reprendre la main face à l’action dynamique et volontaire du Gouvernement.

Via Paris Métropole, le maire de Paris veut en outre confisquer à son seul profit le projet du Grand Paris : il tire ainsi un trait sur le travail des architectes urbanistes, alors même que c’est leur réflexion qui constitue le principal vecteur du changement pour Paris et sa région.

Cette attitude de l’Exécutif parisien est contraire à l’intérêt des Franciliens et dommageable pour l’avenir. Bertrand Delanoë a clairement fait le choix d’une opposition frontale et systématique au Gouvernement : ce comportement stérile n’est pas digne d’un maire dont la ville est par essence au coeur d’un grand projet destiné à être porté par le plus grand nombre dans les trois prochaines décennies.

Bertrand Delanoë croit faire diversion et pouvoir ainsi faire oublier l’augmentation violente de la fiscalité qu’il inflige aux Parisiens, pourtant déjà durement touchés par la crise.

Jean-François Lamour et les élus du groupe UMPPA appellent Bertrand Delanoë à ne pas rompre le dialogue avec le Gouvernement et à revenir à de meilleures dispositions envers le projet de loi « Grand Paris », première pierre du vaste projet présidentiel. Dans une optique constructive, ils tiennent à rappeler plusieurs points :

- La Société du Grand Paris a vocation à permettre aux collectivités comme à l’Etat de prendre leurs responsabilités dans un projet qui engage le positionnement de la France sur l’échiquier international. La polémique initiée par le maire de Paris sur la décentralisation est un faux débat car il revient intrinsèquement à l’Etat d’imaginer et d’impulser les projets qui engagent l’avenir et le rayonnement d’une nation.

- Le groupe UMPPA demande à Bertrand Delanoë qu’il engage une modification des statuts de Paris Métropole afin que les élus parisiens de la droite et du centre participent activement au dialogue et à la réflexion menée dans cette agora, telle que l’a définie le président de la République.

- Le groupe UMPPA plaide pour la priorité de la réalisation d’un métro à grande vitesse reliant l’aéroport Charles de Gaulle au centre de Paris, et demande au maire de Paris de soutenir cette initiative.

- Le protocole d’accord Etat-Région, destiné à répondre à l’urgence en termes de transports, doit être mené à son terme. Il a jusqu’à présent été mis de côté par Jean- Paul Huchon, par pure opportunité politique à l’approche des élections régionales. En effet, élaboré au terme de 2 mois de concertation, ce protocole symbolise la convergence de vues entre l’Etat et la Région sur l’insuffisance du projet de Sdrif, adopté le 25 septembre 2008 par le Conseil régional. Jean-Paul Huchon avait alors proposé de soumettre au vote ce protocole. A ce jour tel n’est pas le cas. C’est pourquoi Jean-François Lamour et les élus UMPPA demandent à ce que ce protocole soit soumis le plus rapidement possible au vote de l’assemblée régionale.

- Parmi les dossiers prioritaires pour les Parisiens, celui de la ZAC Clichy- Batignolles doit être suspendu par Bertrand Delanoë afin d’être intégré au Grand Paris. Emanant de Brigitte Kuster, maire du 17e arrondissement, cette demande est soutenue par l’ensemble des élus du groupe UMPPA : les enjeux liés à la construction du TGI et d’un quartier écologique futuriste sont en effet d’une importance telle que les architectes qui travaillent sur le Grand Paris doivent pouvoir également être consultés.

Les commentaires sont fermés.