Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2007

Fronde à l'UDF

Vingt-deux députés UDF sortants affirment mercredi leur volonté "d'inscrire sans hésitation leur démarche dans la majorité présidentielle qui se dessine" autour de Nicolas Sarkozy, "tout en conservant leur autonomie au Parlement, et sans intégrer l'UMP".

Dans une tribune publiée par Le Figaro à la veille du conseil national de l'UDF qui doit voir la création du Mouvement démocrate, ces élus, auxquels se joint un candidat centriste aux législatives, estiment qu'"il est du devoir d'une UDF libre de concourir à sa manière, avec ses méthodes et ses priorités, à l'oeuvre de redressement qui s'impose aujourd'hui".

Ils considèrent qu'"en désignant Nicolas Sarkozy comme l'adversaire principal, l'UDF - même transformée en Parti démocrate - court un risque d'isolement important".

Les députés UDF, qui ont fait la campagne de François Bayrou avant de soutenir le candidat UMP au second tour, font valoir que l'UDF devra "passer un accord au soir du premier tour des élections législatives, si l'UDF veut encore se faire entendre à l'Assemblée nationale durant ces cinq prochaines années". "Cet accord ne peut pas être passé avec l'UMP puisque François Bayrou déclarait que Nicolas Sarkozy était le candidat pour lequel il ne fallait pas voter", disent-ils.

Cette tribune est signée par les députés du groupe UDF et apparentés Jean-Pierre Abelin, Pierre Albertini, Pierre-Christophe Baguet, Christian Blanc, Bernard Bosson, Charles de Courson, Stéphane Demilly, Jean Dionis du Sejour, Philippe Folliot, Francis Hillmeyer, Olivier Jarde, Yvan Lachaud, Maurice Leroy, Claude Leteurtre, Hervé Morin, Nicolas Perruchot, Jean-Luc Preel, François Rochebloine, Rudy Salles, André Santini, François Sauvadet, Francis Vercamer, et Philippe Vigier (candidat dans la 4e circonscription d'Eure-et-Loir). Le groupe UDF de l'Assemblée nationale sortante compte 29 députés.

Les commentaires sont fermés.