Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2007

Sarkozy et les centristes

Sarkozy n'exclut pas un "rééquilibrage" de son éventuelle majorité au profit des centristes

L'UDF "a toute sa place dans la majorité présidentielle", déclare Nicolas Sarkozy dans un entretien publié mercredi par "Le Monde" en n'excluant pas un rééquilibrage de son éventuelle majorité au profit des centristes.

"On peut très bien en parler. C'est une discussion qu'auront les partis politiques au lendemain de l'élection présidentielle", dit le candidat de l'UMP, interrogé sur une possible offre de rééquilibrage de sa part pour les élections législatives au regard des 18,57% obtenus par François Bayrou au premier tour.

"Tout élu de l'UDF qui soutiendra ma candidature avant le 6 mai sera dans la majorité présidentielle et recevra l'investiture de cette majorité", assure M. Sarkozy dans le quotidien daté de jeudi.

Interrogé sur la présence éventuelle de François Bayrou dans cette majorité, il répond que "c'est à lui de choisir". "Il a toujours été dans la majorité de droite et du centre. S'il change, c'est son droit, mais qu'il le dise à ses électeurs", souligne le candidat de l'UMP.

Nicolas Sarkozy précise sa conception de la majorité multipolaire qu'il entend constituer s'il est élu, avec un pôle UMP, un pôle "centriste" et "un pôle de gauche".

Le pôle centriste "pourra porter avec l'identité qui est la sienne les valeurs auxquelles il tient: celles de l'Europe, de l'ouverture sociale, d'une République exemplaire".

L'ancien ministre de l'Intérieur entend également constituer un "pôle de gauche" auquel il "ne demandera pas de renier son engagement, mais qui se reconnaîtra dans la nécessité de faire bouger la France sur un contrat de gouvernement de cinq ans". "Le travail que j'ai engagé avec Eric Besson ne s'arrête pas le 6 mai si je suis élu", assure le candidat UMP en référence à l'ancien secrétaire national du Parti socialiste à l'économie.

Les commentaires sont fermés.