Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2007

Sarkozy et l'insécurité

Nicolas Sarkozy le plus apte contre l’insécurité

Les affrontements de la gare du Nord suscitent colère et anxiété chez les Français. Interrogés sur leur sentiment face aux affrontements de mardi entre forces de police et jeunes, 40% des sondés se disent  "scandalisés". Ils sont autant à s'avouer "inquiets".

 Aux yeux des Français, c'est Nicolas Sarkozy qui est le plus susceptible de calmer le jeu. 39% des panélistes estiment que l'ancien ministre de l'Intérieur est le plus à même de limiter les incidents de ce type. Seuls 17% des sondés jugent Ségolène Royal capable de réduire ces violences. 35% d'entre eux pensent même que l'élection de la candidate socialiste serait de nature à augmenter l'insécurité. Jean-Marie Le Pen arrive juste derrière Nicolas Sarkozy avec 38% de Français pensant qu'il limiterait ces incidents. Mais 45% pensent qu'il y en aurait plus si le chef du FN s'installait à l'Elysée.

Le drapeau de Royal pas convaincant

Les propos de Ségolène Royal sur l'identité nationale n'ont pas séduit les Français. 63% d'entre eux affirment qu'elle a eu tort de demander "à toutes les familles d'avoir le drapeau français à leur domicile". Les sondés lui reprochent pêle-mêle de "jouer le jeu de la droite", de faire "du clientélisme de bas niveau" ou encore d'agir par  "démagogie". Pour autant, les Français restent très sensibles à ce thème : 64% des panélistes déclarent que c'est un sujet "important" ou "prioritaire" de la campagne. Sur la question de l'identité nationale, Nicolas Sarkozy se démarque encore une fois. 30% des sondés estiment qu'il est  "le plus convaincant" lorsqu'il aborde le sujet.

Le bilan du candidat UMP au ministère de l'Intérieur divise les électeurs. 35% d'entre eux considèrent que le passage de Nicolas Sarkozy place Beauvau est "plutôt un atout" pour lui, tandis que 32% l'envisagent "plutôt comme un handicap". Pour les uns, il a ainsi "su faire respecter l'autorité" et "montré ses capacités d'homme d'état". Pour les autres, "le terme Kärcher lui colle à la peau", et "sa politique n'a rien apporté au pays".

Enfin, pour la 7e semaine consécutive, François Bayrou est considéré comme le "gagnant" - celui qui a marqué le plus de points de la semaine - par 31% des Français, sans préférence partisane. Aux deuxième et troisième marches du podium, on trouve respectivement Nicolas Sarkozy (25%) et Ségolène Royal (14%).

Pour le 12e numéro de l'émission Politoscopie diffusée le 30 mars à 18h40 sur LCI, l'institut de sondages OpinionWay a interrogé les 28 et 29 mars, 1 008 individus par internet sur les évènements marquants de la campagne.

Les commentaires sont fermés.