Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2007

Sarkozy face aux français

medium_Nicolas_a_TF1.jpg Retraites, logement, homosexualité, emploi : le ministre de l’Intérieur a répondu aux questions des Français, lors de l'émission "J'ai une question à vous poser" sur TF1. Point sur les principales réponses du candidat UMP à l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy. 
 

Sur les retraites :

Le candidat s’est engagé à réformer le régime des retraites. "Si je suis élu président de la République, je ferai la réforme des régimes spéciaux et je poserai la question des petites retraites : plus d'argent pour les petites retraites, moins d'avantages pour les régimes spéciaux", a t-il déclaré. "Il n'y a pas de raison que certains Français cotisent 40 ans, d'autres 37,5 ans", a-t-il expliqué.

Sur l’interdiction du tabac dans les lieux publics :
Nicolas Sarkozy est favorable à l'interdiction de la cigarette dans les lieux publics, mais est prêt à réfléchir à un régime spécial pour les cafés-tabac des très petites communes.  "Mais pour le reste, le tabac ça tue, la cigarette ça tue celui qui fume et les autres, c'est pas une liberté de vous laisser vous déglinguer la santé", a-t-il conclu.
Sur le logement :
Le candidat UMP est opposé aux réquisitions de logements et s’est prononcé pour la création de centre d'hébergements pour les sans domicile fixe. En revanche, "je ne veux pas que le centre d'hébergement soit occupé pour la moitié, comme c'est le cas aujourd'hui, par des sans-papiers". "Les sans-papiers sont des personnes que l'on doit aider, mais s'ils n'ont pas de papiers, ils n'ont pas vocation à rester en France".
Sur l’emploi :
Nicolas Sarkozy a proposé qu'un chômeur retrouvant un emploi puisse conserver "pendant un certain temps" ses allocations en plus de son salaire. "Il faut tout faire pour que le travail rapporte davantage que l'assistance", a-t-il déclaré. 
Sur l’homosexualité :
Le ministre de l'Intérieur a été accusé par un interlocuteur de l'assistance d'être ''homophobe''. ''J'ai le droit d'avoir mes convictions et d'être respecté'', a répondu sans se démonter Nicolas Sarkozy. ''Je n'accepte pas que l'on me dise que je suis 'homophobe' parce que je refuse l'adoption par des couples homosexuels''. ''C'est mon droit de considérer que le mariage c'est l'institution familiale qui permet d'avoir des enfants'', a-t-il souligné. ''J'ai proposé un contrat d'Union civile avec une cérémonie en mairie, ce qui est quand même autre chose que le PACS, qui est un papier que l'on signe au greffe du Tribunal d'instance'', a-t-il conclu.
Sur la santé :
Le candidat de l'UMP s'est prononcé en faveur d'une ''réforme de l'hôpital'' car ''on ne pourra pas laisser ouverts tous les hôpitaux de France'', mais a souhaité parallèlement une ''responsabilisation des patients''. Il s'est en outre montré favorable au déremboursement des ''médicaments qui ne servent à rien''.
Sur son départ du gouvernement :
Nicolas Sarkozy a précisé qu'il quitterait son poste de ministre de l'Intérieur «un peu plus d'un mois avant l'élection» présidentielle. Le premier tour de la présidentielle est prévu le 22 avril et le premier ministre Dominique de Villepin a demandé à ses ministres de ne plus faire de déplacement sans autorisation après le 23 mars.
Il s'est également prononcé en faveur d'une limitation à deux du nombre de mandats du Président de la République.
Source : Le Figaro
DJ : Maxence AUDEGOND

Les commentaires sont fermés.