Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2006

Age de la Retraite

Age et retraite

Vous pouvez également consulter sur ce site la Lettre de l'Observatoire des Retraites n° 9, Age et Retraite (Février 1997)

 

L'âge " légal " de départ en retraite est bas en France.

Dans tout régime de retraite, la retraite ne peut être demandée qu'à partir d'un certain âge.
Par rapport aux autres pays européens, la France se caractérise par un âge " légal " de départ en retraite bas (voir tableaux : Ages légaux de la retraite et Conditions de durée pour une retraite pleine) : 60 ans dans la majorité des cas, contre 67 ans au Danemark, 65 dans la plupart des autres pays. Quelques pays accordent la retraite à 60 ans aux femmes (Royaume-Uni, Autriche, Belgique). L'Italie accordait la retraite sans condition d'âge pour 35 années de carrière, ou à partir de 57 ans pour les femmes et 62 ans pour les hommes. Mais la réforme adoptée en 1995 va progressivement porter l'âge de la retraite sans abattement à 65 ans.
Bien entendu, tous les Etats connaissent des âges particuliers pour des professions particulières, danseurs, footballeurs, etc. La France se caractérise par de nombreuses exceptions dans le secteur public (50 ans pour les roulants et 55 ans pour les autres à la SNCF, 55 ans pour les " services actifs " dans la fonction publique, sans condition d'âge pour les mères de 3 enfants ayant 15 années validées, etc.). En revanche, le secteur privé ne connaît que la pré-retraite avant 60 ans.
Pour faire face à l'allongement de l'espérance de vie, au " papy boom " et à la pénurie de main d'œuvre attendue à partir de 2005 environ, l'Union européenne recommande aux Etats membres de supprimer les pré-retraites, de relever l'âge de départ en retraite et de développer des politiques de maintien des salariés âgés en activité. Les Etats suivent plus ou moins cette orientation.


Retraites anticipées.

Il est parfois possible de partir avant l'âge normal si l'on remplit certaines conditions. Dans le secteur privé, la retraite à 60 ans n'est accordée que sous condition d'avoir 39 années et demi validées (40 années à partir de 2003, réforme Weil-Balladur de 1993). En Allemagne, ceux qui ont travaillé au moins 35 années peuvent partir dès 63 ans (au lieu de 65 ans).

Retraite dite " couperet ".

Dans le secteur public, l'âge de départ en retraite est imposé. Certains salariés souhaiteraient sans doute continuer à travailler, ne serait-ce que parce qu'ils ont encore des enfants à charge. Ils n'en ont pas le droit.

Abattements.

Il est parfois possible de partir avant l'âge normal en subissant des abattements définitifs. Ce sera le cas à l'avenir en Italie pour ceux qui partiront entre 57 et 65 ans (âge auquel il n'y a plus d'abattement).
En France, de tels abattements existent dans le secteur privé :
Quelqu'un qui ne remplit pas la condition de durée pour le régime général peut tout de même partir dès 60 ans, mais il perdra définitivement la moitié (abattement de 50 %) de sa retraite de sécurité sociale et 22 % de ses retraites complémentaires.
L'abattement de 50 % est très exagéré par rapport au coût réel pour le régime (qui verse la retraite 5 années plus tôt).
L'abattement de 22 % correspond à peu près au coût réel des 5 années supplémentaires de bénéfice de la retraite. On parle alors de coefficient " actuariellement neutre ".

Majorations.

Le fait de partir après l'âge " normal " de départ en retraite est parfois encouragé. C'était le cas dans le régime général (salariés du secteur privé) avant la " retraite à 60 ans " instaurée en 1983. Quelqu'un qui partait à 70 ans voyait sa pension de sécurité sociale majorée de 50 %, et de 100 % s'il partait à 75 ans.
Le Medef a proposé d'adopter une mesure de ce type dans les régimes complémentaires. Les retraites complémentaires de quelqu'un qui partirait à 70 ans seraient majorée de 10 %.

La durée de la vie augmente...

L'espérance de vie augmente et, la mortalité infantile ne pouvant plus guère reculer, les gains concernent essentiellement des gens de plus de 60 ans. La génération née en 1970 devrait, en partant en retraite à 65 ans, bénéficier d'une période de retraite presque double de celle née en 1910 (10,6 années de retraite pour la génération 1910, 18,5 années pour la génération 1970, et 23 années si elle part à 60 ans). (Source : rapport Charpin page 47).


...mais la durée de carrière diminue :
L'âge " légal " de la retraite ne coïncide plus avec l'âge de cessation d'activité.

Dans tous les pays, les taux d'activité ont fortement baissé jusqu'en 1995. Depuis, soit ils sont stabilisés, soit ils remontent, particulièrement aux Pays-Bas.

Proportion d'hommes âgés de 55 à 64 ans au travail :

 
1971
1985
1995
1999
Belgique
-
43%
-
35%
France
73%
47%
39%
39%
Finlande
-
49%
36%
40%
Italie
-
54%
42%
41%
Autriche
-
48%
-
42%
Allemagne
77%
45%
48%
48%
Pays-Bas
79%
44%
41%
49%
Espagne
83%
59%
48%
52%
Royaume-Uni
83%
59%
59%
59%
Danemark
 
36%
-
60%
Irlande
82%
65%
59%
62%
Portugal
82%
65%
59%
62%
Suède
83%
73%
64%
67%
Europe des 15
-
54%
-
48%
Canada
79%
64%
54%
57%
Australie
-
56%
55%
57%
Etats-Unis
77%
64%
64%
66%
Japon
85%
79%
81%
80%

Anne-Marie Guillemard à partir de sources OCDE et Eurostat.


Dans le cas de la France, la mise en inactivité des " vieux mâles " a été compensée par un développement particulièrement fort du travail des femmes.

D'où un débat :

Au patronat qui souligne la nécessité de repousser l'âge de la retraite, les syndicats opposent les plans de pré-retraite des entreprises et le fait qu'un nouveau retraité sur 3 seulement était encore en activité avant de devenir retraité et proposent de discuter du maintien dans l'emploi des plus de 50 ans. Le patronat anticipe un revirement de la situation de l'emploi et s'inscrit dans le long terme comme le rapport Charpin (mais en allant plus loin). Les syndicats souligne la contradiction avec la situation présente.
Traumatisés par le risque du chômage et par des conditions de travail souvent plus dures ou stressantes, beaucoup de salariés rêvent de partir en retraite le plus tôt possible. Cette évolution est particulièrement spectaculaire pour les cadres qui ont rejoint les autres salariés, alors que leurs prédécesseurs, il y a vingt ans, supportaient très mal d'être mis en pré-retraite à 63 ou 64 ans. Les 35 heures peuvent renforcer ce cercle vicieux dans lequel il faut travailler plus intensément pour rester compétitif, et donc s'épuiser plus jeune. Repousser l'âge de la retraite, c'est remettre en cause une mentalité, un mode de gestion et une répartition du temps de travail sur la vie.
Enfin, le secteur public conservant des conditions très privilégiées en matière de possibilité de partir en retraite jeune, les syndicats peuvent difficilement accepter un agrandissement de l'écart déjà existant.

Arnauld d'Yvoire.

Les commentaires sont fermés.